Cendrillon ou le prince de la permaculture 83

 

 

Ce samedi après-midi Annabelle stressait un peu. En effet le lendemain elle devait faire un exposé : « et si l’écologie remplaçait l’économie comme science dominante » chaque membre du groupe devait lui donner quelque chose pour l’exposé. C’était des légumes, une petite sculpture, une heure de travail elle avait demandé à Jean un massage des pieds car avec ses grandes mains ses massages étaient enveloppant et relaxant. Sa compagne Marie occuperait d’un cadeau plus érotique. Annabelle essayait d’oublier le discours du lendemain et surtout oublier le trac qui commençait de la paralyser, c’était vrai que cela était assez loin des sentiers battus.

.Annabelle commença le discours de ce Dimanche 

ECOLOGIE ET SOCIETE

Que peut nous apporter l’écologie ?; En particulier si elle remplace l’économie comme science dominante dans l’organisation d’une société. Notons que les racines sont communes Economie : oîkonomia en grec est l’art de gérer la maison, quand à l’écologie il y a oïkos la maison et Logos : la logique, la raison les relations. Plus généralement c’est la relation entre les êtres vivants entre eux- en relation avec l’environnement. Notons tout d’abord que l’économie agit sur trois domaines.

·  La production, la distribution, et la consommation des biens et des services ;

·  Les moyens matériels d'existence de l'homme

·  Les systèmes d'échange autrement dit la monnaie, le troc .

 

Notons qu’il existe plusieurs moyens pour produire, distribuer consommer les bien et les services : par qui et comment ?

Les moyens matériels d’existence de l’homme : par qui est comment ?

Les systèmes d’échanges : Qui fait la monnaie, qui contrôle ?.

 

Nous voyons qu’il existe différentes manières de produire .Que les moyens d’existence peuvent être différents que la création monétaire peut être fait par les banques, l’état ou des communautés locales. Donc l’économie n’est pas une science exacte et qu’il y a des alternatives contrairement à ce que peuvent dire les partisans de l’économie libérale.

Dans une société véritablement écologique la méthode systémique sera employée. Celle-ci sera dévoilée progressivement. Ce qui est important c’est que tout est en interaction. Prenons un exemple souvent un réseau de transport en commun la RATP par exemple, il est courant de pointer du doigt les déficits et d’appeler a la privatisation censée résoudre tous les problèmes.

Mais c’est ne voir les choses que d’un bout de la lorgnette et en particulier de ce qui peut paraitre un oxymore la « dictature libérale ». En effet un réseau de transport en commun coute souvent plus d’argent qu’il n’en rapporte mais jamais les avantages ne sont mentionnés.

-Moins de voitures en villes c’est moi de pollution, moins de temps perdu, moins de gaz à effet de serre (gaz carbonique en particulier). Sur le plan social : les cartes de transports à l’année sont souvent beaucoup moins « rentables » que les transports à la distances mais les bénéfices sociaux sont importants. Nous voyons que les pollutions évitées seront systématiquement évaluées dans une société écologique comme indicateur donner un prix au carbone peut être intéressant à condition de ne pas oublier qu’il ne s’agit que d’un indicateur.

Pour la voiture : l’émission en ville est de 200 grammes de gaz carbonique par kilomètre en ville pour un remplissage de 1,2 passager. 50 pour un bus.et 10 pour le tramway. taxes 200 euros la tonne de CO2 sont des chiffres utilisés soit 20 centimes le kilo de gaz carbonique si une voiture fait 1 kilomètre en ville cela fait 200 grammes soit 20*20/100 = 4 centimes. Si le transport en commun fait économiser 10 kilomètres cela fait 40 centimes pour 100000 mille personnes cela fait 400000 euros moins les dépenses du transport en commun 40000 a 100000 et ceci sans compter les pollutions en moins , le bruit en moins, l’énergie grise pour la construction de voitures etc .

Nous voyons bien que la voiture individuelle en ville est plus ou moins condamnée, sauf comme point de départ pour faire des longs trajets la voiture par contre à un rôle social dans les campagnes.

Nous pouvons créer des diagrammes

 

Effets dus au transport en commun mise en place

Effets dus aux transports en commun en fonctionnement

Gros travaux au départ sauf bus qui nécessite des travaux d’aménagements. La future utilisation doit être étudiée car les travaux nécessitent une forte « énergie grise ». Mais qui est compensée peu à peu. Cela tombe bien car un tramway dépense 20 fois moins d’énergie par passager qu’une voiture 4 à 6 fois pour un bus

Moins de Gaz carbonique 19 fois moins pour le métro ou le tramway 4 fois pour un bus

Moins de pollution diverses

Moins de bruit

Moins d’énergie grise

Création d’emplois pour le fonctionnement et la maintenance

L’énergie grise doit toujours être comptée elle consiste dans l’énergie dépensée par les engin de chantier en fonctionnement e durant la fabrication, les rails en fer , le béton etc. cela a un cout non négligeable sur un plan financier

 

Les emplois sont des emplois de service donc durables

L’impact social avec les tarifs préférentiel est important

 

 

En conclusion le tableau mesurant les impacts positifs et négatifs doit être fait le problème du financement doit se poser après en se posant les questions suivantes.

  • Long ou court terme.
  • Les avantages pour les personnes, qui en profitent
  • Les impacts écologiques, sociaux, financiers

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×