Cendrillon et le prince de la permaculture 75

 

Patrick et Suzanne

Les travaux de la future bergerie avançaient bien. Suzanne la mère d’Annabelle (la surdouée) était une ancienne professeure d’écologie et Patrick un ancien chercheur  en génétique moléculaire. Ils avaient préparés des interventions durant la semaine de  « libre »  occupés par les massages divers et en particulier ceux de Christine dont la semaine coïncidait. Patrick appréciait après beaucoup d’ heures de travail au cours des dernières semaines.

Patrick  commençait par un exposé

Les OGM agricoles, une arnaque ?.

.Les OGM sont des substances génétiquement modifiés, et le plus généralement un gène est mis en plus ou certains sont supprimés, notons dès le départ qu’une plante dont un gène a été supprimé ou activé n’est pas considéré comme un OGM alors que cela en est un c’est la première arnaque. Il faut pour les OGM qu’un gène soit rajouté pour un OGM agricole et non pour la recherche fondamentale.

La fabrication des OGM : La technique est assez aléatoire elle se fait en mettant des morceaux de gènes en solution dans l’eau puis produisant une forte décharge électrique de plusieurs milliers de volts qui rend perméable la paroi des cellules et les gènes étrangers se fixant dans l’ADN 

Xccv

Si nous examinons le schéma au-dessus les chromosomes se situent dans la nucléole et les chromosomes sont constitués de gènes.

Pour information voici une vidéo pour visualiser cela.

https://youtu.be/ABFazEkskA4

 

La deuxième méthode consiste en des billes microscopiques imprégnées du gène a rajouter. qui traversent le noyau en laissant le gène qui se fixera si la cellule n’est pas tuée.

Notons au départ que par rapport à la complexité des relations entre les gènes c’est une technique bien grossière. 

 

Les OGM non agricoles les réussites et les échecs.

Une réussite utilisée par les partisans des OGM est celle de la fabrication de l’insuline par des bactéries. Cela se passe de la façon suivante

On isole le matériel génétique (ADN) de quelques cellules humaines. A l'aide des enzymes de restriction appropriées, on sépare le gène de l'insuline qui sera plus tard introduit dans une bactérie. On prélève alors sur la bactérie un petit anneau de matériel génétique, appelé plasmide, que l'on sectionne à l'aide des mêmes enzymes de restriction à un endroit précis. Le plasmide bactérien et le gène de l'insuline sont alors mis dans une éprouvette, où ils sont «recollés» par des ligases qui soudent les deux morceaux d'ADN ensemble. Finalement, le nouveau plasmide est réintroduit dans la bactérie où il se multiplie. En cas de transfert réussi, la bactérie produit de la protéine sous forme d'insuline humaine grâce au gène supplémentaire de l'insuline. Pour la production de grandes quantités, la multiplication des bactéries se fait dans de grandes cuves appelées fermenteurs. Or, mis à part l'insuline, nombre d'autres protéines se trouvent à l'intérieur de la bactérie. De cette «soupe protéique», on doit repêcher l'insuline et l'épurer. Après

Plusieurs étapes de purification, l'insuline est suffisamment propre pour être utilisée dans le traitement du diabéte

Précisons maintenant à l’aide de schéma pour rendre ceci plus facile à comprendre.

L’ADN : Voici le schéma

Eukaryote dna fr svg

L'acide désoxyribonucléique, ou ADN, est une macromolécule biologique présente dans toutes les cellules ainsi que chez de nombreux virus

800px dna structure and bases fr svg

 

Le gène est donc une unité de base de l’hérédité comme nous pouvons le voir dans le schéma suivant.

Gene

Les constituants du gène en plus des deux bras en hélice de l’ADN sont les quatre bases : cytosine , guanine, thymine, adénine

Pour info : molécule d’adénine

150px adenine structure chimique

Nous ne poursuivrons pas les schémas sauf demande expresse de votre part mais les quatre bases sonta l’origine de tous les gênes et transporte notre materiel héreditaire.

 

Les emzymes de restrictions sont des molécules capables de couper les génes, elles sont presente principement chez les bactéries qui secretent un autre enzyme annulant l’action de l’enzyme de restriction. Mais par contre ces enzymes de destruction detruisent les bacteriophages ( qui mangent les bacteries), se sont des virus.

250px ecorv 1rva

Elles sont utilisées pour découper elles sont utilisées pour découper l’ADN qui est alors introduit dans la bactérie avec des moyens plutôt aléatoires Electricité, canon a gènes. Enzymes

Après de nombreux essais l’ADN est finalement collé sur quelques bactéries, qui seront isolées puis multipliées d’une manière industrielle.

Ceci est toujours utilisé dans l’industrie pharmaceutique et l’industrie agroalimentaire, parmi les réussites citons l’insuline fabriqué par des Escherichia coli remplaçant l’insuline de porc et la présure OGM qui elle se substitue à la présure. Pour ces « coups de chance » il y a eu de nombreux ratés

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×