Cendrillon 2017 et le Prince de la permaculture 16

 

 

« Je vous laisse deux citations a méditer dit Lucie elles émanent de deux personnalités de la même époque l’une est de Napoléon Bonaparte. Vers 1800

« Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence; leur unique objectif est le gain. »

L’autre de Thomas Jefferson le troisième président des Etats-Unis. 1801- 1809

« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis. »   Thomas Jefferson 1802 »

« J’avais toujours dit qu’il fallait se méfier de l’Europe dit Maria. Puisse que nous sommes dans les citation j’en propose une de Pierre Mendès France en 1957.

« « Le projet de marché commun tel qu’il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du XXème siècle selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique au sens le plus large du mot, nationale et internationale »

« Pour moi dit Lucie a l’époque le discours était plus prémonitoire que réelle l’Europe en ce temps là ne s’occupait que du charbon et de l’acier puis de l’agriculture en 1957   l’erreur a été l’euro et de donner le pouvoir aux banquiers. C’est pour cela que tant de gens sont dans la misère  »

« D’autant plus que le quotas d’essence vont  être mis en place » Dit Christine.

« Oui mais il est attribué par personne mais on peut le vendre si tu as besoin  je te donnerais mon quota » dit Jean.

« Me donner ton quota mais tu es un Prince » Dit Christine

« Un Prince de la Permaculture. » Dit Lucie

« Maintenant que j’ai une petite pièce en ville je peux très bien me déplacer en mobylette d’autant plus que mon mari répare celles –ci et  je pense que Lucie en aura besoin » Dit Christine

« Le quota c’est pour le 1er janvier 2019 dit Maria j’espère que ton mari est a la retraite si il ne va pas y arriver avec la demande de mobylettes. »

« Dans les années soixante il était produit un million d’exemplaire par an avec les quotas nul doute que pour les petits trajets ces engins vont avoir une nouvelle jeunesse dit Lucie avec une grande proportion de recyclage, c’est en effet intéressant sur le plan de la consommation d’essence avec 2 litres au cent en moyenne mais avec un rendement quand même pas fameux au final. Il est évident que l’avenir est au cyclomoteur électrique avec moins d’un kilowatt heure au cent kilomètres mais pour l’instant avec le pouvoir d’achat en forte décroissance a cause des trois cent euros le baril de pétrole ce véhicule est trop cher, pour vivre mieux sans austérité la permaculture est une voie d’avenir. » Dit Lucie

Puis vint ensuite le cadeau de départ de Christine à savoir un massage général à quatre mains. 

« Toi qui a écrit dans un diplôme Universitaire sur le toucher détente tu es condamné à subir les conséquences de tes écrits » Dit Jean

« Elle ne risque pas grand-chose sauf peut être une fatigue inhabituelle le lendemain mais je la conduit chez elle en ramenant la camionnette. »

« Tu vas récolter ce que tu as semé c’était vraiment de bonnes graines » Dit Jean philosophe

Une heure et demie plus tard ils portèrent Christine somnolente jusqu’au lit.

« Elle a semé le bien être elle récolte la détente »  Dit Jean

« Cette femme altruiste au grand cœur a besoin d’encouragements et de soutien »Remarqua Lucie

Christine ouvrit les yeux.

« Je vous ai entendue la « punition » était géniale »

« Certes mais tu ne dirais pas cela si tu avais été une économiste productiviste et libérale et que tu te retrouvais SDF »

Le lendemain avant son départ Lucie prit l’empreinte des pieds de Christine et ceux  de Maria sur une feuille de papier recyclé.

« Vous serez les cobayes pour les chaussons a base de Mohair, mes premières clientes »

« Mais c’est cher du sur mesure »

« C’est sera gratuit évidemment, vous êtes mes cobayes, je peux gagner ma vie a moins de cinquante euros la paire »

Puis Lucie ramena Christine chez elle avec sa table. Elle resta deux jours durant lesquels elle visita l’association le labo elle fit des randonnées pédestres, un massage des pieds donné par un voisin recommandé  par Christine. Celui-ci était en train de faire une butte Morez connue dans les milieux de la permaculture et de l’agro écologie. Il ne se fît pas prier en disant que cela lui ferait une pause. Il avait un sens du toucher bien développé il expliqua que la peau de la plante des pieds et entre les orteils était fine et douce au toucher. Il détecta quelques cristaux semblables à des grains de sables qu’il était possible de faire fondre sous les doigts. Il expliqua que contrairement aux professionnels il visait surtout le bien être et que la personne devait être sympathique a ses yeux et qu’il aimait beaucoup le faire a Christine personne avec des colères mais sans aucune méchanceté et facilement blessée par la dureté du monde il aimait bien lui servir de refuge.

« Mais c’était ton jour, du pur bien être cela me rappelle les façons de faire de Jean »

« Ne t’inquiètes pas je le verrais demain » Dit Christine

« Je suis bien dans mes baskets dit Lucie continuons notre randonnée »

Puis elle expliqua le principe de la butte Robert Morez a Christine tout en continuant sa randonnée. Il  faut d’abord décaper le terrain, puis creuser sur trente cinq centimètres ce qui fait quand même un mètre cube de terre  et plus de deux tonnes pour une butte de trois mètres carrés. La terre est mise sur une bâche en respectant les couches.

 Butte sandwich007 2

Cette butte est appelée « butte Morez » car c’est le nom d’un ingénieur agricole concepteur de la butte et travaillant avec Pierre Rabhi. On creuse un trou d’une profondeur d’un peu moins de deux fers de fourche bêche. Si la terre est décapée cela est mis de côté, au fond jusqu’au niveau du sol du broyat ou BRF (Bois Raméal Fragmenté) est mis. La terre décapée est mise plus 20 centimètres de fumier de cheval de préférence et puis la terre au dessus. Les bouteilles plastiques enterrées servent à arroser le BRF  et le fumier en décomposition, ce qui fait une bonne réserve d’eau pour les mois suivants.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×