La ferme autonome

Avant d’examiner d’autres initiatives en particulier les ecovillages ou les villes en transition examinons une forme d’agriculture pouvant exister dans le futur. Voici l’exemple d’une ferme pouvant alimenter en nourriture un village de trois cent personnes environ, nous trouverons aussi le chemin vers le plein emploi ou vers des activités utiles

Examinons les besoins.

Le maraîchage va demander plusieurs hectares si nous considérons une surface de cinq cents mètres carrés par personne en considérant que les pommes de terre, lentilles, pois cassés sont produits nous aurons une surface totale  de quinze hectares avec des chevaux, des serres, des motoculteurs et l’emploi d’au moins cinq personnes pour la production sans compter les magasinier et le gestionnaire auquel il faut ajouter la transformation sous forme de mise en conserves ou surgélation ou encore sous forme de légumes séchés , cela dépend de l’énergie disponible, les épluchures sont méthanisés, les cuisinières solaires sont utilisées pour les  conserves, une récupération de l’air chaud peut être envisagée l’hiver dans les serres non utilisées, énergies renouvelable ; solaire photovoltaïque (éclairage en premier lieu) , solaire thermique (lavage des bocaux) , solaire thermodynamique avec concentration par parabole  pour la production de chaleur et électricité.

Les céréales

Si nous prenons 100 kilogrammes par an de céréales par an et par personne nous aurons 30000 kilos soit 300 quintaux soit 30 quintaux a l’hectare se partageant en différentes céréales blé, épeautre, avoine, orge et sarrasin seigle mais  pour la production de farine servant a faire le pain les crêpes, la bière, les flocons ce qui fait quand même dix hectares. Le rendement moyen de 30quintaux hectare est bon pour l’agriculture biologique surtout avec de l’épeautre du sarrasin ou blé noir et du seigle. Il suffit de prévoir au moins dix hectares  voir un peu plus si une fabrique de bière est installée. Nous pouvons également prévoir une fabrique de biscuits  a coté ou inclus dans la  boulangerie. Le chauffage de cette  boulangerie est le bois le mini éolien ou le photovoltaïque pour l’éclairage de la boulangerie. Au moins trois emplois seraient  créés, plus si une fabrique de bière était incluse.

Les sous produits sont importants, le principal est la paille ; les applications sont nombreuses, la plus courante est la litière pour les animaux, il serait bon pour le futur de construire des digesteurs produisant du biogaz, le potentiel est de 400m3 par tonne, 1m3 = 6 kW soit 2400 KW soit si nous comptons 4 tonnes de paille  par hectare ce qui donne 9400 KW  soit l’équivalent de l’équivalent de 940 litres  équivalent pétrole ou 18800 EQVF (équivalent kilométrique voiture a Fabienne) . Si nous adoptons la forme de granulés comparable aux granulés de bois avec l’hypothèse de 4 KW par kilogramme nous aurons 4000 KW par tonne soit 160000 KW a l’hectare ou 1600 litres équivalent pétrole ou 32000 EQVF. Mais dans le cas de la méthanisation le potentiel de l’humus n’est pas at