FRANCE BIOLOGIQUE 2

 

Les dangers et les accrocs probables aux normes actuelles

Les restitutions sont obligatoires, souvent les prélèvements par les récoltes dépassent les quantités d’éléments minéraux produits par la désagrégation de la roche mère. Rappelons pour mémoire que le rendement de blé était de quinze quintaux en 1950 et qu’une vache laitière donnait 2000 litres de lait contre 5 à 6000 litres actuellement.

L’apport de lithothame qui est un amendement calcaire formé par les micro-organismes marins est très utilisé par une méthode d’agriculture biologique, si cette méthode se généralisait des grandes étendues de zones marines serait complètement détruit.

De même la généralisation de la poudre de roches volcaniques riches en éléments minéraux créera de vastes carrières. Il faudra penser dés le départ a leur futur aménagement.

Le phosphore naturel est mélangé au calcaire et il est très mal utilisé dans des sols eux aussi calcaire comme dans les sols de champagne par exemple , car le calcium a tendance a bloquer le phosphore à l’aide de ses charges positives (en effet le phosphore ou plutôt l’ion phosphate est electro-negatif), les roches volcaniques on aussi tendance a contenir du calcaire et il faudra se résoudre à employer du superphosphate qui est le résultat de l’attaque des phosphates naturels par de l’acide sulfurique.

Quelque soit le mode d’agriculture le cas du phosphore se posera. Le phosphore et l’un des trois éléments chimiques principaux avec l’azote et le potassium, le phosphore est moins abondant dans la plante mais c’est le plus absorbé a titre d’exemple le lait en contient bien plus que le potassium et par conséquent le fumier de vache en contient trois kilogramme par tonne contre six ou sept pour le potassium.

Les plantes prélèvent beaucoup de potassium et en restituent beaucoup elles absorbent un peu moins de phosphore mais en restituent assez peu et sur le plan mondial cet élément risque d »être le facteur limitant des rendements des terres cultivables et donc ne devrait surtout pas se trouver dans les lessives ou perdu dans les sédiments des rivières.

A l’heure actuelle il ne faut pas oublier les déchetteries et le recyclage des déchets dit verts, les boues d’épurations ainsi que les bois rameaux fragmentés ( BRF) qui sont des petites branches ne pouvant servir ni pour le chauffage ni pour la papeterie hélas trop souvent brûlées. Dans le cadre d’une agriculture biologique les déchets ou les boues devraient être biologiques eux aussi

En conclusion

Les futurologues prévoyant une terre dix fois plus peuplée ou même cinq fois plus peuplée qu’actuellement sont des « doux rêveurs » , néanmoins la terre permet de nourrir la population actuelle, cela n’est pas le cas et ceci pour plusieurs raisons.

-Les échanges sont inégaux entre le Nord et le Sud de la planète.

-La terre est méconnue et en particulier dans sa partie vivante qui est l’humus.

-La mesure des dangers dus à l’érosion ne sont pas pris en compte ou alors insuffisamment.

-Les sommes allouées à la lutte contre la désertification sont dix fois inférieures a ce qu’elles devraient être pour entraîner un arrêt du processus, une semaine des dépenses militaires mondiale suffit pour arrêter la désertification. (Environ 20 milliards de dollars).

-La doctrine libérale alliée à un productivisme à courte vue n’arrange rien, la terre est considérée est considérée comme une matière premiére comme une autre.

-Les paysans dans presque tous les pays ne sont pas respectés, les cultures vivrières sont délaissées au profil des cultures dites de rapport. Le Fric est plus important que la nourriture et les paysans vont grossir les bidonvilles ou les grands ensembles.

-L’Universalité du modèle américain ainsi que l’ancien modèle soviétique au moins aussi nocif (Ceausescu avait détruit une partie de l’agriculture roumaine) sont des obstacles majeurs a une répartition équitable de la nourriture, destruction accélérée de la terre dans un cas doublée a la disparition des paysans.

Le modèle libéral Américain est une complète utopie tout comme le communisme. Nous ferons une exception pour la république populaire de Chine ou la lutte contre l’érosion est importante, mais notons que le respect de la terre est un ajout du communisme chinois.

-Ne craignons pas de rappeler le rôle malfaisant du GATT.

-Un renversement complet des valeurs permettra de conserver la terre et les hommes. Il ne s’agit plus de garantir la concurrence internationale des marchandises, il ne s’agit plus de maintenir l’approvisionnement en pétrole, la première tache doit être l’accès à la nourriture pour tous, le reste n’est que productivisme et destruction des hommes et de la nature. Notons au passage qu’un dixième de la logistique mise a disposition des armées pendant la guerre du golf peut permettre de mettre fin a la guerre en Somalie.

Nous proposons de revenir à la prise en compte des besoins primaires car ceux-ci toute entreprise de civilisation et de progrès est difficilement possible.

Ces besoins pour les hommes sont :

-Besoin de nourriture variée et suffisamment abondante.

-Besoin d’un toit, ce qui est plus ou moins facile a faire suivant les climats (problème de l’énergie) .

-Besoin d’un lit plus ou moins élaboré suivant les régions avec quelqu’un pour partager cet endroit intime.

-Besoin de plaisirs sensuels et sexuels.

-Besoin d’une occupation si possible créatrice.

Ces besoins ne sont pas les seuls mais ce sont les besoins de base, mais ce sont les besoins de base. Mais leurs non satisfactions rendent impossible l’accomplissement des autres.

Si nous examinons bien la situation nous voyons que peu de personnes y compris dans les pays dits développés réunissent toutes les conditions qui n’assurent pas bien sur le bonheur à elles seules mais qui sont les fondations du bonheur.

Le premier besoin est essentiel et permet l’éclosion de tous les autres, mais souvenons nous qu’en France 500.000personnes sont sans toit et plusieurs millions n’ont pas de métiers intéressant voir pas de métier du tout et encore plusieurs millions vivent dans des grands ensembles dans des conditions anti-naturelles.

Le maintien d’une civilisation véritablement humaine passe par le respect de la terre dans son sens le plus concret.

La chine depuis 1993 a beaucoup changée et elle est devenue un pays très pollué, 20% de la population mondiale possède 7 % des terres arables de la planète elle est devenue autosuffisante en céréales et les habitants consomment plus de viande que par le passé, elle s’offre même le luxe d’exporter des fruits et légumes, voir de l’agriculture biologique, de modèle agricole des années 80 et 90 pour le tiers monde elle est devenue l’exemple a ne pas suivre, OGM, pesticides, nitrates, exportations de produits agricoles qui sont des gouffres énergétiques.

Heureusement l’agriculture jardinée et vivrière reste très importante mais les importations de soja augmentent pour nourrir les porcs et les volailles. Hélas l’O.M.C a remplacé le GATT et la chine est rentré récemment dans l’O.M.C ce qui a produit une augmentation des tomates d’importations, et des pommes malgré la faible proportion de terres arables, la chine achète même des terres dans différentes parties du monde.

Pour les productions agricoles, l’O.M.C est aussi néfaste que le défunt GATT , la chine bénéficie d’un faible coût de main d’œuvre, les résultats sont édifiants : pollutions, destruction de la paysannerie, course vers la famine généralisée, troubles sociaux, épuisement des terres. L’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) pourrait avoir un rôle bénéfique pour la survie de l’humanité si elle imposait l’exportation de produits agricoles socialement et écologiquement acceptable.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site