Effondrement 5

 

 

Voici la suite du programme dit Lucie si tu le veux bien, jean va rentrer il te fera un massage du dos pendant que je préparerais des galettes a la farine de Sorgho et aux herbes sauvages, orties, plantain, Gaillet , lampsane . Puis nous continuerons les 8 R jusqu’à ce que tu pique du nez.

Lampsane

Jean arriva

« Lucie m’a dit que tu étais encore traumatisée par l’effondrement en cours je vais donc te faire un massage du dos il sera assez appuyé et donc garde tes vêtements, ensuite tu pourras te mettre les pieds sous la table mais dans les jours qui suivent nous te demanderons de participer, tu pourras vivre bien quelques jours car l’effondrement n’a plus de prise sur nous»

Comme pour les pieds certaine points étaient douloureux

« Il faut parfois souffrir pour être plus détendu »

« Demain nous irons chercher tes sandales a la gare puis nous prendrons ton ami Cyril le bien nommé cela rappelle Cyril Dion nous partirons en 504 et reviendrons en carriole »

« Si vous le souhaitez nous allons vous proposer un jeu qui se terminera dans une des cabanes d’amour le premier jour vous avez le droit que de vous caresser et masser uniquement  les pieds et les mains , le deuxième jour  les bras et les jambes, le troisième jour ce sera le dos mais d’une manière plus douce que ce massage il peut même devenir érogène, le quatrième jour le corps entier c’est difficile de tenir jusqu’au cinquième jour mais cela relance la sexualité un peu éteinte par les habitudes ou permet les rencontres qui ont du mal à se faire cela est de plus en plus courant avec l’effondrement en cours »

« Oh oui j’aimerai bien essayer » dit Cécile

« A partir de maintenant le massage sera moins fort reçoit le les paroles étaient destinées à détourner ton attention des douleurs »

Jean massa encore dix minutes

Après le repas fait de salades et de galettes de Sorgho du Pradelou

« Le sorgho est à l’origine une céréale de pays chaud mais il remplace avantageusement le Maïs il demande mois de fumure et moins d’eau nous l’avons au Pradelou depuis dix ans, un deuxième boulanger fait tous ce pains spéciaux sans gluten »

« Passons dans la pièce d’à côté.

« Voici ce que dit Serge Latouche sur Redistribuer

4° Redistribuer : les droits de tirage sur la biosphère, retrouver l’empreinte écologique normale...etc. et pourquoi pas retrouver le yaourt de notre enfance avec les fraises du jardin, produit qui n’aurait fait que quelques kilomètres...

 Le gros problème est que les inégalités sont considérables et les 1% s’accaparent  les fruits de la nature et le travail des hommes devenant de plus en plus inhumain. Chaque homme aura le droit à une nourriture saine il est possible de donner des tickets restaurants donnant droit a de la nourriture provenant de l’agriculture bio et durable. Il est possible aussi de donner des tickets de rationnement en Essence ou du bois de chauffage. Des vêtements en lin . Avec une carte carbone on pourra mettre des quotas plus les produits viendront de loin plus on usera rapidement son crédit carbone cela poussera à cultiver son jardin. Les agriculteurs seront poussés à vendre quelques hectares eux aussi auront des quotas positifs quand ils cultivent des légumineuses. Les exportations de soja OGM seront taxées puis interdite. La reconceptualisation fera que l’on cultivera pour nourrir son territoire proche et non pour exporter au loin cela passera avant. Tu verras après-demain comment et foncier et l’immobilier sont redistribuer au pradelou.

5° Relocaliser : Remettre les produits à leur véritable coût incluant l’écologie, nous permettant de redécouvrir les vertus de nombre de produits locaux, produits français, c’est déjà re-localiser l’emploi, lutter contre le chômage, retrouver le sens de, là où l’on vit, sortir d’un monde géographique virtuel...

 A l’échelon d’un pays et d’un territoire nous savons depuis longtemps que les externalités coûtent selon l’expression de notre ex président et dictateur « un pognon de dingue » et que nous payons ou plutôt avons payé très cher nos poulets et nos porcs industriel. Les porcs sont nourris avec du soja OGM en partie ce qui implique venant de très loin les forêts sont brulées augmentant le gaz carbonique et l’effet de serre plus le transport en camion et en bateau.  De plus les porcs ne sont pas élevés sur paille mais sur caillebotis la conséquence est la production de lisier  très riche en nitrates et en ammoniaque L’excès se retrouve dans la mer au final ou il finit par provoquer des algues vertes dont le traitement coute cher aux communes. L’idée est de subventionner le porc sur paille avec une nourriture uniquement locale et souvent recyclée et d’inclure à la fois les couts de la déforestation en  donnant une valeur au carbone  le cout du transport le cout du traitement des algues vertes de manière que la viande de mauvaise qualité soit plus chère que l’autre. Ceci n’est qu’un exemple de relocalisation mais peut se faire à côté des traités de libres échanges qui finiront par disparaitre.

 « Allons boire le thé dit Lucie »

« Très intéressant dit Cécile je suis plus que contente de votre accueil »

« Pas vous, tu lèves  les bras pour les chatouilles »

« Mais je parlais de vous deux »

« Elle finira par nous tutoyer d’elle-même, ne t’inquiètes pas Lucie est un peu sadique »

«  Monsieur fait son Prince depuis qu’il est passé à la grande librairie sur la 5 au Pradelou la Relocalisation est importante et l’autonomie est grande mais nous ne sommes pas autarcique pour autant sinon nous ne boirions  pas de thé, au moyen Age l’église brulait de  l’encens, on mangeait de la morue à Limoges.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×