Cendrillon 2017 et le Prince de la permaculture 18

 

Elle se réveilla le lendemain matin a neuf heures elle avait faim elle attendait Jean qu’elle appelait le magicien. Il vint enfin après avoir donné à manger aux chevaux. La nuit avait été magique. Cela avait commencé par des jeux érotiques imaginés par  Jean, Lucie était allongée nue bras et jambes en croix, tandis que Jean à l’aide des doigts, d’une plume ou de la langue essayait de la faire réagir étant donné qu’elle devait garder les yeux fermés et en silence.  Tout le corps devait être parcouru sauf les côtes pour Lucie. Si elle réagissait ce serait le tour de Jean.

Elle était autorisée a dire c’est chatouilleux ou c’est agréable. Elle faillit rire avec la plume dans le nez dans les oreilles ou entre les orteils elle faillit gémir avec la plume sur les mamelons. Elle appréciât les caresses aux faces internes des chevilles et des genoux et au creux du dos avec la langue. Elle éclata de rire avec les chatouilles dans le cou. Puis ce fût le tour de Jean qui céda avec des coups de langues sur l’aine, Lucie de nouveau, puis seules les zones érogènes étaient faites puis refaites.

Ils étaient très excités et probablement auraient jouis très vite sauf qu’il ne fallait bouger du moins consciemment et quand le mouvement se déclencherait il ne fallait pas l’arrêter. Le plaisir fût monumental pour Lucie il éclata au milieu de la tête. Elle compris en même temps que reculait l’état paradisiaque les circuits de l’énergie. Ils étaient restés assez longtemps dans un état proche de l’orgasme. Elle sentait que le sexe de Jean avait une polarité positive et le sien une polarité négative et inversement son cœur était de polarité positive et celui de Jean de polarité négative. Puis une caresse appuyée de Lucie a déclanché l’orgasme, le plus souvent l’énergie sexuelle de ce dernier restait au niveau du bassin, pour les amoureux elle allait jusqu’au cœur. Lucie comprenait que ces expériences dites tantriques provoquaient des expériences intéressantes mais en fait ce n’est pas la voie mais le symbole de la voie la véritable union  avait lieu entre l’âme et l’esprit. Les tantras ne visaient pas autre chose et la technique des tantras vus par le new age prenait l’image pour une technique spirituelle. Les premières fois les partenaires ne se touchaient qu’avec les yeux et restaient habillés puis se dévêtaient au fur et a mesure du temps puis se rapprochaient puis se caressaient puis se pénétraient mais cela prenait plusieurs jours et restaient le plus longtemps possible proche de l’orgasme. Excellent pour le bien être et cela s’intégrait tout a fait dans le mouvement de décroissance excellente idée aussi pour un stage bien être et sensualité pour les couples décidemment Jean est magique. Lucie imaginait aussi différentes formes de participation sous forme d’heures de travail car la crise était profonde et durable par épuisement des ressources.

Les mois qui suivirent furent très remplis pour Lucie, mais elle tenait a préserver des temps d’intimités, entre les soins esséniens, le travail du cuir, les stages chez les éleveurs de chèvres angora, chez les éleveurs de poulets en permaculture, le futur quota d’essence aurait du mal a être respecté, heureusement qu’elle avait trouvée un cyclomoteur en allant chez Christelle. Elle aurait pu depuis le mois de Mars mois où elle avait vendu son appartement acheter un cyclomoteur électrique mais autant user ce cyclomoteur Honda de 1976. Mais ce n’était pas la vente définitive qui n’aurait lieu qu’après les travaux, elle avait reçue une avance correspondant au montant des travaux.

D’autant plus que les trains réservaient de nouveau des places pour les cyclomoteurs et les colis avec la pénurie de pétrole obligeait a trouver des solutions, les nouveaux trains équipés de prises pour les engins électriques étaient peu nombreux les vieux wagons d’autorails avaient été remis en service car ils amenaient en même temps des marchandises en plus du cyclomoteur. La SCNF recrutait fortement : par passager la dépense en énergie est de 3 Kilowatt pour un train complet contre 80 pour une voiture tout ceci pour cent kilomètres

Le projet de la  centrale nucléaire de Limoges était abandonné curieusement elle regardait ce projet avec nostalgie car sans lui aurait-elle rencontré Jean, elle devait le voir mais lui aurait-il accordé quelque attention après lui avoir annoncé directement la supercherie et le plan machiavélique d’Hélène ou plutôt d’Elena ?. Un bonheur n’arrivant jamais seul elle avait rencontré Maria et Christine. Les anciennes ruines commençaient à s’animer. En avril Jean avait ramené un homme qui savait tout faire, en fait il l’avait surpris en train de voler sa voiture qui ne démarrait  pas. Avec la pénurie d’essence ces voitures anciennes pouvant fonctionner à l’huile de friture étaient très prisées d’autant plus qu’elles étaient faciles à voler. Mais Jean le demi naïf avait emporté les bougies de préchauffage.

« Ma mobylette ne veut plus rien savoir j’ai manqué mon entretien d’embauche. Dénonce moi a la police si tu veux »

« Si tu veux du travail j‘en ai, tirer une ligne électrique sur deux cent mètres, aider a la construction d’une éolienne, restaurer quinze bâtiments, monter deux yourtes, mais nous ne pourrons te payer beaucoup , tu auras par contre le gîte et le couvert. »

Lucie n’était pas contente au départ mais elle se radoucit quand elle sut que Luc avait une femme au chômage elle aussi et que celui ci avait dit.

« Je ne l’aurais pas gardé la voiture c’est une antiquité facilement repérable. »

Mais ce qui acheva de la convaincre fût l’argument de Jean.

« Mais nous allons être très pris avec le raccordement de la ligne électrique et les rapports avec ERDF et ENERCOOP, et puis l’étude du projet des deux yourtes de l’éolienne et des chauffe eaux solaires. Avec ces deux là je serais toujours disponibles quand tu reviendras. De toute façon nous ne pouvons que les rémunérer assez peu. »

L’argument était imparable. Dans les mois qui suivirent après une somme fût débloquée pour la construction de deux Yourtes, deux mini éoliennes et deux toilettes sèches. Jean et Lucie n’avaient rien a rembourser puisqu’il s’agissait de création monétaire en Lou Pelou non convertible. L’Etat prenait sa dîme au passage ce qui mettait Maria en colère.

« Mais disait Lucie l’Etat a besoin d’argent sinon comment le mi-temps de Christine va –il être financé et votre demie retraite »

L’argument était imparable, Maria changea de conversation.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site