LE PRODUCTIVISME

 

 

1993

L’écologie est à peine née en tant que force politique, le communisme a peine mort que déjà certains se préoccupent du terrorisme vert de « l’éco fascisme » sans dire un mot du terrorisme ambiant, cette peste (le mot n’est pas trop fort) se nomme le productivisme, cette peste pillant le tiers monde, responsable en partie de l’intégrisme, du racisme de nombreuses guerres, du chômage de la pollution et de bien d’autres maux. Nous allons prendre quelques exemples.

Les hommes d’affaires, cherchent depuis longtemps à diminuer les coûts. Les machines deviennent de plus en plus performantes et demandent de moins en moins de main d’œuvre, le système économique s’emballe et fonctionne pour lui-même sans se soucier des hommes. La rentabilité obligatoire et forcenée atteint tous les étages de la société. L’état grâce a l’impôt ne fait qu’endiguer la catastrophe et la révolte. Ressources naturelles pillées, tiers monde exploité corruption généralisée tandis qu’inexorablement les terres se perdent et la famine s’étend, nous avons vu l’absurdité actuelle du système agricole revu et corrigé par le GATT. Nous allons prendre d’autres exemples.

 

2010

Cela ne s’est pas vraiment arrangé de nos jours, si la conscience des problèmes a augmenté, « l’horreur économique » suivant le titre d’un livre de Viviane Forrester a augmenté également. Le productivisme tel que nous l’entendions a l’époque a pris le nom de Neo-liberalisme économique. Et les marchés financiers deviennent des parasites absolus, le cancer des sociétés modernes. Ainsi dans notre pays quand en 1975 100 Euros allait au travail 9 Euros partait au capital c’est 26 de nos jours. De plus la montée du chômage est étroitement liée a la montée des profits et 150 milliards d’euros sont passés ainsi du capital au travail.

Nous recommandons chaudement le site si dessous.

abel.jerome.free.fr/outils/?id=51

Dont nous tirons la courbe suivante.

 

Ainsi que la citation suivante : « Le capital ne produit aucune valeur en lui-même et il ne peut grossir que s’il est favorisé par le travail productif. Un rendement du capital est donc toujours un prélèvement sur la valeur créée par les salaires»

Pourquoi s’intéresser au capital alors qu’ il s’agit d’un site consacré a l’écologie et bien l’argent parasité par le secteur bancaire et par les inconscients jouant au monopoly avec l’argent des autres, va rendre très difficile la transition écologique financièrement parlant citons d’après Lester R .Brown les taxes que nous avons vues précédemment.

-La taxe carbone de 100 dollars la tonne

-Taxe sur les déchets toxiques.

-Papier et carton produit a base de pâte vierge.

-Vente de pesticides (le prix est doublé)

etc

Bien que Lester Brown ces taxes soient reversées aux particuliers elles sont difficiles a mettre en œuvre dans un monde ou le renflouement des banques a coûté aux états des centaines de milliards d’Euros. De plus les marchés financiers se permettent de juger les états et leurs déficits après les avoir appauvris, c’est un comble. Nous nous rendons compte de la dictature des marchés financiers qui nous mène aussi sûrement à la barbarie que le nazisme en dix fois plus de temps et d’une façon moins brutale mais d’une manière efficace, il y a la mort sociale des « non rentables » de plus en plus nombreux, il y a la montée de la pauvreté, l’épuisement des ressources. Toute une civilisation sacrifiée, tous les services publics démantelés petit à petit pour que certains puissent emmagasiner des sommes délirantes (le budget d’un état africain pour un seul homme). Il est nécessaire que les hommes politiques fassent de la politique et non des gesticulations en poursuivant quelques romanichels pour faire croire qu’ils agissent. L’Europe a grandement failli a sa tache, la banque Centrale Européenne doit pouvoir prêter aux états a un très faible taux d’intérêt et non laisser cela aux marchés financiers. Chaque banque nationale doit faire de même. Les états doivent nationaliser (ou socialiser selon l’expression de Susan George) les banques ou a défaut retirer leur argent si elles recommencent leurs pitreries. De plus les banques doivent accorder des prêts sociaux et des prêts dits verts. Il faudra financer les millions d’éoliennes, les panneaux solaires, la mise en place de l’isolation de dizaines de millions de logements, les digesteurs a méthane, les nouvelles voitures. Face au « début de la fin » du pétrole et « ou » du probable réchauffement climatique une économie de guerre doit finir par s’imposer. D’après un ouvrage prophétique de René Dumont ce sera l’Utopie ou la Mort. Si nous laissons ces marchés financiers gouverner si nous laissons, le cancer spéculatif ce sera la Mort a coup sur.

Définition : Les dérives économiques associées a l’exploitation de l’homme et la destruction de la nature sont appelées de nos jours neo-libéralisme ou économie neo libérale c’était le productivisme autrefois. Le libéralisme s’applique à la société et à la vie politique. Ainsi la Chine n’est pas un pays libéral mais une dictature c’est un pays neo- libéral.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site