Proteagineux 2

                                                                                                                                                                      


Les féveroles

Elles sont en fait de petites fèves, elles sont très courantes pour l’alimentation humaine en particulier en Egypte  mais pas du tout courantes en Europe  en France elle est cultivée pour l’alimentation animale et encore peu pour l’exportation. Il existe de la féverole d’hiver et de la féverole de printemps et notons que les deux peuvent servir d’engrais vert.

La composition de la graine

 compo-graine-feverole-bl.jpg

  Les fleurs et les graines

 feverolle.jpg

 

 

 


feverole.jpg


graines-feverole-02.jpg







Les féveroles d’hiver sont bien en agriculture  biologique car elles étouffent les mauvaises herbes. C’est une tête d’assolement  pouvant apportant de l’azote pour la culture suivante car c’est une légumineuse ce qui est un avantage en agriculture biologique qui ne peut accepter les engrais azotés synthétiques, un hectare de fèveroles apporte de trente à cinquante quintaux  de graines ce qui remplace avantageusement le soja OGM.

Peut être cultivé également en féverole de printemps, peut aussi être utilisé  en engrais vert et en culture dérobée, il est alors semé a l’automne et broyé en avril avant un maïs par exemple, évite ainsi le lessivage propice pour les terres a nues.

Les lupins

Beaucoup de représentants pour ce genre, certains lupins sont vivaces et beaucoup ne sont pas comestibles, sont cultivés des lupins blancs et des lupins bleues, les jaunes sont cultivés en Europe centrale.

 compo-graine-lupin-bl.jpg

 

 

Les trois lupins sont riches en protéines a peu prés autant que le soja, le lupin bleu  peut être cultivé  dans des régions assez peu ensoleillés comme la Bretagne ou le pas de Calais, cette culture ne demande pas d’engrais mais préfère les sols acides ou neutres.

Une fleur de lupin blanc

  lupins-blancs100-4708.jpg

Les fleurs de lupins bleues

 lupin-fleur-blanche.jpg

















Les lupins cultivés sont bons aussi bien pour l’alimentation humaine que l’alimentation animale que ce soit pour les porcs pour les poulets (remplace entièrement et avantageusement le soja) ainsi que pour les bovins et caprins.

En dessous nous avons des graines de lupins blanc et des lupins bleues. Les lupins de jardins ne sont pas comestibles car ils possèdent un alcaloïde, les variétés alimentaires sont des variétés dites douces. Pour l’homme trempage de vingt quatre heure puis cuisson bien qu’il existe de la farine de lupin qui peut être utilisée pour faire du pain. C’est un excellent aliment pour les monogastriques comme le porc ou le poulet. Les rendements sont de vingt quintaux par hectare ce qui peut paraître peu  mais la teneur en  protéines est plus élevés que celles de la féverole, les lupins amer sont plus productifs mais sont difficilement consommables.

Info ou intox il existerait un procédé destiné a rendre les lupins amers consommable mais le brevet a été perdu en Amérique du Nord, de plus il était très dur de trouver des graines.  Cette légumineuse est celle qui fournit le plus d’azote pour les cultures suivantes. Bref la plante a abattre pour les fabricants d’engrais, « le cauchemar de Monsanto » les agriculteurs de la Beauce ne concevant pas une culture sans plusieurs traitements (Herbicides, fongicides, racourcisseurs de paille, insecticides, engrais) et souvent plusieurs herbicides, plusieurs fongicides, ne pouvaient pas appliquer plus d’un herbicide sur le lupin car une fois levé il étouffe toutes les autres plantes de plus les insectes ne l’aiment pas et les champignons comme m’oïdium ou les rouilles sont repoussés. le dernier et dernier traitement et le plus important a été l’inoculation des graines avec le bacille fixateur de l’azote  les résultats étaient de quarante quintaux  C’est un cauchemar , de quoi mettre les actionnaires de Monsanto a la soupe populaire, ce n’est pas pour encore la avec les malheureux milliers d’ hectares a 30 quintaux de moyenne normal pour une culture presque sans traitements et de plus extrêmement ancienne (on en retrouve dans les pyramides), elle a été redécouverte par les agriculteurs biologiques  comme Philippe Desbrosses , Vous pouvez cliquer sur le lien en dessous. Le lopin est une nourriture privilégiée pour les volailles.

Le Lupin : trésor agroalimentaire occulte - Intelligence Verte

La France produit

 lupins-blancs.jpg


lupins.jpg

 

 

 



Les trois cultures (pois, féverole, lupins) en forte régression de 2002 a 2008 car ne bénéficiant plus d’aide de la PAC

(Politique Agricole Commune) et fortement concurrencés par les soja OGM aux conséquences catastrophiques on retrouvés une nouvelle jeunesse avec la hausse du prix du pétrole et des cours de soja. Le lupin est passé de 3200 a 5000 hectares. Espérons qu’il en sera de même pour le pois  passant de 350000 a 100000 hectares. de 2002 a 2008. Les féveroles de plus de 100000 a 61000 hectares. Pourtant la bande des trois (féverole, pois et lupin) peut remplacer le soja importé surtout pour les volailles et les porcins, économie d’azote chimique (un gouffre énergétique)  pour la culture et pour les cultures suivantes. C’est aussi réintroduire une forme de polyculture élevage dans les régions de grandes cultures..   

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×