PRESERVER LES SOLS 2


Les terres a l'échelon mondial :

Les sols du tiers monde sont menacés de désertification et d'érosion chaque année l'équivalent de la surface  des terres arable de la France disparaît dans le monde rendu inapte a la culture. Les raisons de cette stérilisation sont multiples.

-La pression démographique : Ces sols sont plus fragiles que les sols Européens et demandent des précautions a la mise en culture  de culture en raison de la destruction de l'humus deux a trois fois plus importante que dans les sols de régions tempérées deux techniques étaient utilisées.

- La forêt est défrichée puis mise en culture puis abandonnée au bout de quelques années puis le paysan défriche une nouvelle parcelle, cette ancienne méthode demande une population relativement faible.

-Une deuxième méthode traditionnelle existe après défrichage : une année de pâturage et pacage permettant d'entretenir la fertilité du sol avec les bouses. La mise en culture durant un an, puis la jachère durant un an qui correspond a une année de repos avant de recommencer un cycle de pâturage.

En pratique la jachère est de plus en plus abandonnée voir même le pâturage. Les sols ne résistent pas

La pression économique : Elle est importante, sans doute autant sinon plus que la pression démographique. 50% des terres arables du Sénégal sont utilisées pour la production d'arachide, de coton, de café. Il a aussi le cas du soja au Brésil, les conséquences de ces cultures d'exportation sont souvent désastreuses pour les sols et par conséquent pour les hommes. Le pays exporte ces matières premières le plus souvent a bas prix et de plus ces cultures d'exportation ne nourrissent pas les hommes tout en détruisant les sols ce qui entraîne le défrichage de nouvelles terres destinées a la monoculture sur de vastes étendues. Au final le chômage augmente a la fois dans les riches et dans les pays pauvres.

LE RELEVEMENT SYSTEMATIQUE DU PRIX DES DENREES TROPICALES BOIS Y COMPRIS  PEUT CONTRIBUER A SAUVER LES TERRES DU TIERS MONDE

 

Les lignes çi dessus écrites en 1993 sont hélas confirmées de nos jours voir mêmes aggravées voyons les chiffres récents :

580 millions d'hectares de terres sont menacés par la déforestation

680  millions d'hectares de terres sont menacés par le surpâturage

137 millions d'hectares de terres sont menacés par l'utilisation du bois de feu

350 millions d'hectares de terres sont menacés par la mauvaise gestion.

19,5 millions d'hectares sont menacés par l'urbanisation.

Une taxe carbone appliquée a tout le monde et non pas destinée au plus modestes serait bienvenue si elle prenait en compte le carbone détruit sous forme de forets et sous forme d'humus détruit, ce serait un indicateur valable pour les transactions et serait ainsi un instrument permettant d'augmenter les denrées tropicales. A  titre d'exemple une forêt brûlée pour faire des agro carburants rendrait celui-ci hors de prix. 

L'humus est un stock de carbone méconnu et important (voir la carte de l'article précèdant)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site