Les pérégrinations de la voiture a Fabienne


Voici des histoires de la voiture de l’amie Fabienne a travers les différentes époques. Les années concernées sont des dates clef.

1946 :

Pas question d’avoir une voiture même si la paye est relativement bonne pour l’époque car les voitures sont rares ainsi que les pièces détachées, elle aurait voulu la nouvelle quatre chevaux ou même la nouvelle deux chevaux, mais elles n’arriveront que l’année suivante, de plus les tickets de rationnement d’essence existent toujours, elle a le droit a dix litres par mois mais il n’y a pas que l’essence presque tout est rationné

En fait, heureusement elle a le tramway prés de chez elle ; il a été supprimé en 1947 pour ensuite revenir en 2007 elle avait aussi  une bicyclette, de plus un ami lui a prêté un petit bout de terrain et les courges étaient bien lourdes mais elles amélioraient l’ordinaire bien difficile avec les tickets de rationnement. 

1961

Fabienne a une voiture et peut cette fois ci aller chercher les potirons de son petit jardin sans peine, elle a toutes les commerçants  a proximité, l’épicerie, la crémerie ou elle achetait ses yaourts, la boucherie ou elle n’achetait pas  grand-chose, la poissonnerie, et même un supermarché ou elle achetait ses jupes a carreaux, bien qu’elle préfère les pantalons en jean . Elle vivait dans un petit logement avec un poêle bois charbon, elle  avait une quatre chevaux achetée d’occasion a 4000 nouveaux francs ce qui correspond a un peu plus de trois fois son salaire mensuel.

La voiture faisait 4 chevaux fiscaux pour trente chevaux réels et elle roulait a 110 kilomètres heure au maximum  sa consommation était de 5,7 litres au cent kilomètres,

Par rapport a la voiture a Fabienne actuelle qui fait elle aussi 4 chevaux fiscaux et 76 chevaux pour 169 kilomètres heure pour moins de cinq litres (utilisation mixte).

Ou veut-il en venir avec cette fameuse voiture a Fabienne ? A quoi cela rime –t-il ?.

Nous remarquons plusieurs choses ; a qualification égale le prix d’une voiture de même catégorie n’était pas plus chère  a l’époque.

 voiture-fabienne.jpg

 

 

Les progrès dans la motorisation  n’ont pas permis une baisse globale des consommations bien au contraire étant donné la multiplication du nombre de voitures c’est ce qui est nommé « l’effet rebond »

En effet pour une voiture roulant a 160 kilomètres heure il fallait dépenser au moins  15 litres d’essence en 1947. Plus de dix litres en 1961 et ces voitures étaient hors de portée de la bourse de l’amie Fabienne. Mais entre temps de moins de cinquante voiture pour mille habitants en 1949, de 123 en 1961, nous avons 550 de nos jours et en plus elles roulent presque toutes. En 1961  les personnes ayant une qualification, un savoir faire pouvaient s’offrir une voiture mais beaucoup n’en avait pas l’usage et les vélomoteurs étaient très courants (plus d’un million vendu par an dans les années soixante). Il faut dire qu’a l’époque la voiture n’était pas nécessaire  pour faire ses courses ni souvent même pour aller au travail, ainsi Fabienne trouvait plus de quatre vingt dix % de son alimentation a quelques centaines de mètres de chez elle, la qualité était semblable a celle de l’alimentation biologique a l’exception du pain car a l’époque le pain bis n’était pas très apprécié, il rappelait trop la guerre. Dans notre hameau de haute Corrèze dans les années cinquante le four a pain fonctionnait encore pour avoir du pain de Seigle comme autrefois.

Quelques données pour se situer : un litre d’essence = 1 franc le niveau des prix étant dix fois moindre qu’actuellement 10 francs = 1,50 euros. Un professeur de collège : 1200 francs soit environ 1800 Euros. Un jardinier de la ville de Paris débutant : 900 francs (nous avons personnellement raté le concours a l’école de formation en 1963), un facteur : 700 francs environ. Une quatre chevaux avant d’être remplacé par la 4 l. 5000 francs environ c’était le même prix que la 2 chevaux, remarquons que ces voitures demandaient deux fois plus de main d’œuvre non délocalisée le véhicule était vend pour l’équivalent de 7500 euros de nos jours, cela donne une idée de l’efficacité sociale de cette époque. Remarquons aussi que comparé au PIB l’efficacité  des services publics était bien plus importante que de nos jours.

1961 nous semblent une année charnière car ensuite la société de consommation a pris de l’ampleur ainsi que le productivisme. 1961 enfin en prenant les critères actuels est la dernière année ou l’empreinte écologique permettait la survie a long terme alors que de nos jours en France notre mode de vie consomme trois planètes contre une en 1961.

Pour autant tout ne sera pas a reprendre de cette époque le Smic dépassait a peine les 300 francs, soit moins de 500 euros, il est vrai que le plus souvent les personnes au SMIC étaient des commis agricole ou des employés de maison logés et nourris. Les moeurs étaient très retardataires, l’amie Fabienne dans son métier était condamnée aux jupes écossaises bien qu’elle préfère le pantalon. C’était aussi le point zéro de l’architecture. La pollution était forte, (l’air en particulier). La vie aurait pu être meilleure sans les guerres coloniales ; Vietnam puis Algérie ceci expliquant peu être l’indigence et le sous développement des logements, remarquons que paradoxalement les SDF étaient moins nombreux qu’actuellement. L’écologie n’était pas non plus au « top ».

 

Une excursion dans le futur : La Fabienne de 2030

Contrairement a sa tante en 2012, a son arrière tante en 1961 Fabienne ne possède pas de voiture comme son ancêtre de 1946, par contre elle possède ¼ de voiture thermique (celle de sa tante), c’est encore un modèle autorisé et la Fabienne du futur se félicite a la fois de la clairvoyance et de la pertinence des choix de sa tante qu’elle va voir une fois par mois dans le Maine et loir grâce a ses dix litres de quota mensuel (comme son ancêtre). Le vieux président Cochet terminait son mandat et Fabienne regardait sur sa télévision le ministre Mélenchon surnommé « le ronchon » par les humoristes, en direct du ministère des quatre E, Energie, Ecologie, Economies, Emplois, L’Economie étant mise volontairement au pluriel car englobait les économies de toutes sortes ainsi que les tentatives d’économies parallèles. 

Que le pays avait changé en seulement treize ans au moins autant que durant la révolution de 1789 après la présidence Sarkozy (les cinq calamiteuses) et la présidence Hollande (les cinq sérieuses), il y eu trois ans de présidence Copé puis la révolution comme dans toute l’Europe. La sixième république accoucha d’un comité chargé de la survie avec des membres tirés au sort avec le presque centenaire Jean Marie Pelt comme président d’honneur, le ministre de l’écologie Mélenchon instaura les quotas de pétrole de manière a préserver la ressource puis il instaura une taxe kilométrique de manière a relocaliser les productions, s’ensuivit plusieurs mois de blocages des routes et autoroutes, finalement les poids lourds furent recyclés en transport de voitures et de passagers. La consommation de pétrole diminuait ainsi de moitié ce qui était accepté en raison des quotas.

Mélenchon « le vieux grognon » annonçait  la fin du pétrole pour les transports sauf transport en commun et plasturgie d’ailleurs le plastique provenant en pétrole était recyclé  en fioul après usage. Les voitures a essence fonctionneraient désormais au biogaz obtenu par méthanisation de tous les déchets  organiques possibles un quota serait instauré et ainsi une mobilité sobre et modeste serait assurée pour longtemps, pour le diesel des algues vertes microscopiques recyclant les eaux usées fournissent un substitut de fioul (c’est en quelque sorte une formation de pétrole en accéléré) des quotas seront aussi instaurés.

Pour ses petits trajets ((chercher les potimarrons de son petit jardin par exemple) Fabienne possède une petite voiture électrique en coopérative, la consommation est limitée a 10 kw pour cent kilomètres et cette voiture est obligatoirement alimentée par une énergie renouvelable. Fabienne fait partie d’une petite coopérative éolienne avec neuf autres personnes il s’agit d’une éolienne de toit de 2,3 kilowatts a effet venturi produisant 3000 kilowatts par an soit 3000/10 =300x100=30000 kilomètres soit 1/10éme  3000 kilomètres pour Fabienne. 

 220px-windgen59.jpg

     
















Ils ont même retrouvé la 4 chevaux de 1960 de la grande tante de fabienne dans une grange du Maine et Loire, le moteur était hors service mais la carrosserie était intacte, un moteur électrique et une batterie fût installée, c’était une voiture solide et légère.

Pour les voitures électriques trois solutions. :

1)      la solution classique : Un seul acheteur avec location des batteries. C’est une solution  onéreuse.

2)      Les coopératives : encouragées par le gouvernement.

3)      La location. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×