Les mots en "R" suite

f. Réduire

Beaucoup de choses sont a réduire, en premier lieu l’empreinte écologique qui doit être réduite des deux tiers  , ce qui suppose une forte réduction des énergies fossiles étant donné que dans l’empreinte écologique exprimée en hectare est comprise la surface de forêts nécessaire  pour absorber le gaz carbonique. Il faudrait donc réduire les déplacements, la consommation de viande, la surface bétonnée, les moyenne et grandes surfaces, les grosses industries etc et pour être juste nous devons intégrer aussi les nombreuses productions chinoises. D’une manière générale il faudra nous tourner vers des produits localement. en réalité les « R » sont liés. La réduction du temps de travail nous semble aussi indispensable car comment cela « faire soit même » et la réduction du temps de travail n’implique pas forcement la réduction du temps d’activité. Pour bien faire le plein emploi suppose un temps de travail hebdomadaire d’un peu moins de trente heures, la réduction des inégalités est aussi indispensable car pour construire une maison par exemple ce sera plus cher et les salaires seront plus bas, la forte réduction des inégalités compensera la perte de pouvoir d’achat. Les « SELS » ajouterons un plus et se compléterons bien avec l’artisanat local. Il existe un salaire minimum il doit aussi exister un revenu maximum car hélas plus la personne est riche plus l’empreinte est élevée. D’autre part les risques devront être eux aussi réduits d’où la sortie progressive de l’énergie nucléaire car personne ne sait réellement démanteler une centrale nucléaire et personne ne sait quoi faire  des déchets, personne ne sait non plus chiffrer les coûts, l’exemple du Fukushima nous montre que l’équivalent d’un département moyen doit être déplacé et encore  la surmortalité va faire des dizaines de milliers de victimes. Il faudra trouver autre chose bien que l’empreinte écologique de l’énergie nucléaire soit plus faible que les combustibles fossiles en fonctionnement normal, mais il ne faut pas oublié la surface prise pour l’extraction de l’uranium, et surtout l’eau dont les quantités pour le refroidissement sont gigantesques. Nous allons également vers une réduction de la taille des véhicules en ville nous aurons plutôt des véhicules  du type : 50 kilomètres heures, cinquante kilomètres heures, 5 kilowatts heure  avec panneaux photovoltaïques et éolienne intégrées sur les parkings que des voitures électriques du même type que les véhicules actuels.

g. Réutiliser.

Sans être un prophète nous pouvons prédire la faillite des grandes surfaces en effet se sont des gouffres énergétiques d’après un article de TERRAECO la dépense énergétique est de plus  600 kilowatts par an et par mètre carré contre 200 pour un pavillon ordinaire et 50 pour un bâtiment basse consommation. Les prix de vente ne seront pas les mêmes avec un baril a 200 ou 300 dollars le baril et du probable  doublement du prix de l’électricité (démantèlement des centrales et construction de nouvelles  ou bien passage aux énergies renouvelables). Donc des bâtiments seront à prendre certains pour le e-commerce, d’autres pour des marchés couverts, pour des artisanats locaux. Il est a prévoir aussi un grand nombre de logements vide en raison de l’exode non pas rural mais urbain. Ce sera le retour des petits commerces, des petits artisanats, des petits ateliers de réparation, des laveries collectives.

h .Recycler

Il commence a se développer dans certains secteurs comme le verre, les papiers l’aluminium, le cuivre. D’ailleurs sans ce recyclage le cuivre aurait manqué. C’est un excellent moyen pour réduire l’empreinte écologique. Le recyclage est d’ailleurs plus efficace que la recherche du minerai, ainsi une tonne de téléphone portable contient 350 gramme d’or contre 5 pour le minerai. D’ailleurs la majorité des appareils de ce type ne sont pas recyclés, pourquoi ne pas instaurer une taxe de dix euros par appareil remboursable en cas de recyclage avec quand même un risque d’augmentation des vols des « vieux coucous » de plus de dix ans. Ce recyclage induit une sidérurgie , la  nationalisation du haut fourneau de Gandrange aurait  pu servir pour le recyclage, des vieux bateaux par exemple : les éoliennes, les hydroliennes, les panneaux photovoltaïques  en fin de vie nécessitent une sidérurgie, pas forcement gigantesque mais nécessaire a la relocalisation. Même le plastique peut être recyclé.

Nous rajouterons un autre R à ceux de Serge Latouche

i- Ralentir

Nous sommes persuadés que c’est une voie royale pour la décroissance. Nous prendrons l’exemple du TGV et des lignes a grandes vitesses., ce sont des milliards engloutis pour parfois faire gagner  un quart d’heure a quelques privilégiés, de plus comme au Mans avec une gare ou il faudra accéder en voitures. De plus le TGV est économe a 200 Kilomètres heures mais beaucoup moins a 300 kilomètres heures. Ces sommes seraient beaucoup mieux utilisées pour rajouter des lignes supplémentaires dans les petites villes pour que les habitants puissent aller a leur travail sans utilisé  leurs voitures a terme ce serait une décroissance,  pour les LGV croissance, destruction de l’environnement, destructions de ressources naturelles, complication pour les habitants de villes moyennes, bref un désastre y compris financier. Il y a bien sur quelques milliers d’emplois pendant quelques années, mais avec plus de 3 milliards d’euros il était possible de faire bien plus. La vitesse est outrageusement privilégiée cela a hélas commencé dans les années soixante ainsi le Concorde très cher laissant une ardoise de 1000 francs par habitant mais il était le prestige de la France, le déficit de la RATP (moins important) était jugé scandaleux et pourtant il profitait a beaucoup de personnes surtout ceux qui avaient des tarifs réduits. Nous nous demandons toujours  les voitures sont de plus en plus puissantes et les limitations de vitesse plus strictes. En bref un gros travail est nécessaire pour « décoloniser l’imaginaire » de la vitesse suivant l’expression de Serge Latouche. Il faudrait toujours se poser la question en cas de grands travaux : cela profite a qui ? , cela détruit quoi ?. Quels bénéfices sociaux, quel amortissement ?. Ainsi, nous pourrions voir que contrairement a la Ligne a grande vitesse, un tramway ou un tram-train est presque toujours positif (sauf en cas de folie des grandeurs, ville trop petite etc).  C’est certes un budget, mais il finira par être amorti, vu le nombre d’usagers, il entraîne une diminution des gaz a effet de serre (sauf phase de construction) et un mieux être général, pourtant il ne roule pas vite vu les arrêts, c’est moins de vingt kilomètres a l’heure, la faible vitesse est positive. Il profite a beaucoup de personnes. Nous mentionnerons le mouvement SLOW FOOD littéralement restauration lente en opposition avec la restauration rapide.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×