Cendrillon 2017 et le Prince de la permaculture 22

 

Deux autres couples vinrent s’installer dans les mois qui suivirent plus quatre personnes célibataires  dont deux se mirent en couple assez rapidement ils vinrent après l’annonce passé dans le magazine de permaculture Passerelle eco. Une petite production de lait et fromage de chèvre est envisagée,ainsi que  la construction d’un bio composteur, des maisons en bois , l’augmentation de la surface de serre. Chaque dimanche un repas en commun est fait ainsi qu’une réunion un Samedi sur deux il y aura un cours et des propositions d’applications concrètes de Permaculture faite par Carlos

Les habitants de  Pradelou en 2019:

Maria la plus ancienne habitante 81 ans est revenue a Pradelou en 2006  auparavant elle était restée quinze ans au Brésil. Elle était professeur d’Université jusqu’en 1990 année où elle abandonna l’enseignement à un peu plus de cinquante ans. Surnommée Tatie Danielle par Hélène il est vrai qu’elle détestait Hélène jugée trop instable, peu fiable et faussement amoureuse de Jean.

Jean : Après son BTS ACSE en 2010 il obtint une place dans le suivit de l’agriculture durable dans le CIVAM du limousin. (Centre d’Initiatives pour L’Agriculture et le Milieu rural) puis jugeant qu’il se déplace trop s’installe a Pradelou avec Maria qui est sa locataire. Surnommé « le bon petit gars » par Maria « Le Menhir » par Hélène et le « Prince de la Permaculture » et le « Castor aux mains d’Or » par Lucie 

Hélène : Les surnoms donnés par Maria a Hélène ne sont pas tous publiables le plus correct étant « la traître » elle a connu Jean durant ses étudies de BTS ACSE elle était en deuxième année  quand Jean était la première d’origine Moldave son vrai prénom était Elena , elle a finit par abandonner Jean jugé trop statique en montant un scénario digne des romans d’Agatha Christie. Petite blonde aux nez pointu avec des petites mains et des petits pieds c’était la première « Cendrillon. » d’après Maria elle n’a laissée que cendres et désolations partout ou elle a passée.

Lucie : Les surnoms de Maria étaient très élogieux « Rayon de soleil »  « la fille aux mains de fée » qui indiquait son aptitude a la guérison. Elle avait vingt huit ans présentement depuis deux ans avec Jean a  Pradelou qui la surnommait « Cendrillon d’amour » . Lucie était très brune au contraire d’Elena mais elle avait aussi des petites mains et des petits pieds et une petite taille. Physiquement elle ressemblait beaucoup a Fabienne qu’elle avait rencontrée dans un séminaire de méditation les autres participants croyaient même qu’elle était la fille de Fabienne certains participants lui dirent même que sa fille avait de drôles de manières. En effet « la fille » faisait sensation en arrivant avec sa minijupe  verte  et ses escarpins italiens. En disant qu’elle faisait du Marketing elle faisait complètement excentrique dans ce genre de stage. Sa carrière de journaliste commença à cet endroit et aussi son passe temps de guérisseuse.  Il faut dire que Lucie rayonnait même en tong et en survêtement et que ce n’était pas que ces habits qui faisaient sensation. Fabienne qui séduisait par son coté adorable et « sympa » tenta avec une éloquence qui la surpris elle-même de lui démontrer que le Marketing poussait à consommer que la consommation  épuisait  les ressources naturelles  donnait de la pollution et contribuait a des conditions de travail indigne.

« Je me posais ces questions et ton éclairage me permets de changer définitivement de voie »

En échange de ses conseils elle délivra Fabienne d’un mal de tête et provisoirement d’une douleur au pied rien qu’en posant la main.

Fabienne indiqua la voie, Jean la posa sur les rails. Lucie est l’âme de l’eco hameau jean le corps.

Luc : dit « le loubard » ou encore « l’électricien » personnage double se plaisant au Pradelou car il n’y avait rien a voler faisait les tranchées avec une mini- pelle et installait l’électricité un peu partout suivant les besoins bricolait des presses a huile, des broyeurs a végétaux.

Sarah : « La perle » qui assistait Jean au marché, remplaçait Lucie quand elle était dans ses stages légèrement plus grande que Lucie mais pas tellement plus elle était « La demi Cendrillon », elle s’occupait des chèvres angora en l’absence de Lucie, en fait elle s’occupait d’un peu tout.

Benoît : « le maraîcher » avait fait une formation de maraîchage biologique et Biodynamique Benoît était un ami de Lucie, ils s’étaient un peu perdus de vue. Il était très enthousiaste a l’idée de s’installer dans un Eco hameau. Sans vergogne  et soutenu par Luc ils allaient dévaliser les déchèteries et firent des échanges avec le camp de Roms de Limoges de la ferraille contre des vieilles fenêtres. Lucie craignait la fin des subventions en Lou Pelou surtout que les gendarmes étaient venus plusieurs fois mais heureusement la loi Royal mettant une partie des Déchèterie en libre service arrangea tout dans le but de faciliter le recyclage. On déboucha le champagne a Pradelou. En tous les cas suivant les conseils de Jean un lot de fenêtres avait été acheté chez Emmaüs au cas ou. La serre de Benoît faite de vieilles fenêtres etait très bienit très bien.

Clémence : « L’artiste » elle remit l’ancienne petite mine de Kaolin en exploitation et se mit a fabriquer de la poterie de l’authentique porcelaine de Limoges non chinoise. Ce qui rapporta assez gros a la communauté d’autant plus qu’elle avait apportée son matériel.

Annabelle et Marie : Un couple de Lesbiennes officiellement mariées virent rejoindre la communauté recrutées a partir de l’excellent mensuel Passerelle Eco. Elles étaient complètement marginales et vivaient dans une roulotte.

Chloé et Matthieu : « les petits jeunes » âgés de vingt  trois ans tous les deux Lucie n’était plus vieille que de cinq ans les autres étaient autour de la trentaine. Les conditions d’hébergement furent assez dures en effet ils n’avaient qu’une tente en attendant la rénovation d’un bâtiment. D’où l’idée de Lucie sous prétexte d’un endroit ou les couples pouvaient se retrouver a tout moment la construction d’un « nid d’amour » tout simplement une ancienne soue a Cochon de neuf mètres carrés environ encore couverte. Un parquet en bois sur lambourde des murs en bois grossier et lasurée façon bateau a plusieurs il fût prés en quelques jours de plus fût installé l’électricité l’isolation et même l’eau et surtout un grand lit et un poile a bois. C’est ainsi que « le bûcheron canadien »  et « la sauterelle » devant rester la nuit restèrent vingt quatre heures a 25 degrés et tout nus eux qui avaient passés des mois sous la tente a grelotter et a faire l’amour a la sauvette. Quand ils sortirent tout penaud le Dimanche soir le groupe attablé applaudit. Lucie leur dit que dorénavant en attendant la yourte ils pouvaient rester la nuit sinon « le nid d’amour » devait être disponible car tous pouvaient s’absenter pour quelques temps. Lucie insista sur le bien être érigé qui était une des valeurs principales de la communauté.

 

Puis vinrent deux hommes dont l’un en roulotte et l’autre en camion aménagé et contenant des appareils de menuiserie dont un banc de scie pour faire des planches. Léo le menuisier trouva de suite sa place.  

Fred le kiné en roulotte un peu moins vite car il installa son cabinet dans la roulotte. Finalement ce fût payant a long terme car les clients repartaient avec un pain, des tomates, une poterie. Passionné de Jardin en permaculture et formateur certifié il organisa des stages par la suite.

Deux sœurs un peu perdues vinrent compléter le hameau désormais complet l’une s’appelait Rachel et l’autre Sonia de trente huit et quarante ans. Très rapidement ils firent connaissance du Kiné et du menuisier. Les deux sœurs avaient une profonde allergie a la vie de couple mais pas a l’amour et encore moins au sexe. Elles trouvèrent le « nid d’amour » génial. Vivant dans une petite grange aménagée appelée le dortoir elles visitèrent  bien sur la Roulotte et le Camion mais la qualités des ébats n’étaient pas la même. Dans la roulotte ou le camion elles se sentaient prisonnières,et non dans le « nid d’amour » il faut dire qu’il ne s’agissait pas de deux couples mais d’un quatuor. Les deux sœurs se lancèrent très rapidement dans l’élevage de chèvres et la fabrication de fromages. Lucie qui devenait de plus en plus l’âme de la communauté augmenta son fan club et trouva deux personnes de plus pour s’occuper de ses chèvres en son absence.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×