les algues vertes 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que faire des algues vertes ?

 En tout les cas ne pas écouter les hommes politiques qui augmentent la taille des porcheries (que faire du lisier) et proposent la méthanisation pour lutter contre les nitrates. Nous pouvons nous demander si cela fait partie du torpillage des énergies renouvelables ou bien cela est-il du au fait que la tache est difficile.

La méthanisation n’a pas d’influence sur la teneur en nitrate du lisier par contre elle diminue la teneur en hydrogène sulfuré, autrement dit les algues vertes et le lisier n’ont plus d’odeur, ce qui est une avantage.

Les solutions a court terme.

Ramassage des algues vertes, méthanisation, et compostage : Rappelons le principe et les avantages de la méthanisation. Le but consiste en la production de biogaz constitué par  du méthane  (CH4) hydrogène et carbone et du gaz carbonique (CO2), ce méthane pouvant servir a produire de la chaleur et/ou de l’électricité. Nous  ne voyons aucune action sur l’azote du produit,  cette méthanisation se produit sans air et a environ trente degrés. Il y a deux techniques la production en continue demandant un produit liquide comme le lisier et la production en discontinue pour des produits plus solides comme le fumier par exemple. Nous penchons nettement pour la technique plus artisanale du procédé discontinue, en effet les produits solides sont plus riches en carbone donc plus riches en méthane.

Les produits liquides comme le lisier ou les algues vertes doivent mélangés  a des matières plus solides et plus ligneuses comme de la paille de manière a bloquer la production d’azote ammoniacale et par conséquent d’azote nitrique et au final donner du compost.

Les algues vertes sont ramassées et transformés en carburant ; c’est techniquement possible.

Ces solutions a court terme devront tôt ou tard être remplacées, c’est pour cela que les méthanisateurs devront recevoir d’autres déchets verts sous peine de gaspillage. Les avant ages de ces solutions sont la production d’énergie et  l’élimination du fameux hydrogène sulfureux.

Le gros inconvénient  est que le problème de l’excès de nitrate dans l’eau n’est pas résolu et que cet excès se retrouve également dans l’eau du robinet, de plus cela correspond a un formidable gaspillage car un kilogramme d’engrais azoté correspond a un kilogramme de pétrole dépensée, a l’hectare cela correspond a trois cent litres de pétrole soit l’équivalent de six mille kilomètres en petite voiture comme celle de  l’amie Fabienne.  Autrement dit une unité d’azote (terme utilisé en agriculture) demande 3 litres de fuel, le problème bien plus étendue que les algues vertes et il demande des solutions a long terme.

Les solutions a long terme :

La première phase

Elles devront être faite par étapes, le lisier est une formidable ressource a