Article 2

 

L’économie

Axe 1 : Localiser/ décentraliser

Axe 2 : Libérer/  diversifier la monnaie

Axe 3 : Réinventer/ réorienter la fiscalité

Axe 4 : Protéger/ Prendre soin des biens communs

Axe 5 : Développer les entreprises et les activités du XXI éme siecle.

Il est évident que les thèmes sont liés et que la fiscalité peut permettre de localiser par exemple. Le plan présente possibles des différents acteurs.  Les élus nationaux  et Européens, les élus locaux, les entrepreneurs, les individus. Nous avons choisi de suivre les différents axes, il s’agit avant tout de réflexions sur le Plan des Colibris, il s’agit aussi de comparaison avec notamment la notion de décroissance et les territoires en transition de la permaculture.

Axe 1 : localiser décentraliser.

Le commerce, l’industrie et l’agroalimentaire engendrent des gaspillages et une pollution considérable. L’empreinte écologique en France est de 4,5 hectares par habitant destinés a : se nourrir, consommer, se loger se déplacer. Déjà pour se nourrir  chaque français 1,8 hectares sont nécessaires soit l’empreinte écologique totale d’un habitant des  années soixante qui pourtant n’était pas végétarien. Ceci s’explique en partie par la localisation des productions ainsi que par la faible place de l’agroalimentaire a l’époque. Le chapitre consommer dépense autant la délocalisation et la mondialisation appelée justement par certains « l’immondialisation » est une calamité.  Les chiffres suivant d’après une étude effectuée par l’Equipement d’ Ile de France sont édifiants. Les chiffres sont exprimés en hectares  pour chaque poste et ils comprennent aussi la surface nécessaire pour absorber le gaz carbonique.

 Postes

Empreinte écologique en Hectares

Empreinte écologique en pourcentage

Alimentation

1,6

32%

Logement

0,49

9%

Mobilité

0,7

12%

Biens

2,49

45%

Services

0,25

5%

 

5,58

 

C’est l’Ile de France avec ses particularités ou les transports en communs sont utilisés, les logements sont plus petits malgré une population assez aisée Qui consomme plus que la moyenne. Un gros effort est à faire en ce qui concerne l’alimentation. Le premier objectif pourrait être de ne pas dépasser la bio capacité du pays soit un peu moins de 3 hectares, objectif facilement atteignable. Avec la relocalisation et un commerce moins aberrant par exemple en France il est importé la même quantité de bois de hêtre qu’il en est  importé. Pierre  Rabhi raconte l’histoire  authentique d’un camion de  tomates d’Espagne  allant  en Hollande rentrant en collision avec un camion de tomates de Hollande allant en Espagne.  

Nous n’insisterons pas trop sur l’agriculture ni sur la fiscalité que nous verrons un peu plus tard.

Axe 2  Libérer / diversifier la monnaie

Le plan des Colibris demande la remise en cause  du  traité de Lisbonne de 2009 mais que dit ce fameux traité.

L’article 123 du Traité de Lisbonne stipule que : « 1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales des instruments de leur dette est également interdite »

Ce qui explique que la banque centrale prête a des  banques privées a un faible coût ; et les banques prêtent  aux Etats. C’est cela qui transforme peu a peu l’Europe en pays du tiers monde, c’est pour cela que quelque soit les dirigeants la régression sociale augmente dangereusement, c’est pour cela que seuls comptent les déficits publics alors que le climat se réchauffe, les terres s’érodent, les réserves s’épuisent.

La dette 

Souvent les économistes libéraux  comparent la comptabilité d’un pays a celle d’un ménage ce qui n’est pas judicieux car si l’on compare l’endettement il n’est pas rare que le ménage soit endetté a hauteur de dix fois son  salaire ce qui ne peut être le cas pour un pays. La France par exemple a un déficit de 100% ce qui est considéré comme beaucoup. 

Voici un extrait d’article  du magasine  Agora vox

 Du 1er janvier 1976 au 31 décembre 2006, la dette de la France s’élève à 1142,7 milliards d’euros après les remboursements déjà effectués. Mais cette dette entraîne des intérêts composés qui la font augmenter à chaque seconde.
Les intérêts totaux de la dette du 1er janvier 1976 au 31 décembre 2006 s’élèvent à la somme de 1142,2 milliards !
Dit autrement, l’Etat doit pour la période du 1er janvier 1976 au 31 décembre 2006, 0,5 milliard au titre du capital et 1142, 2 milliards au titre des intérêts cumulés de la dette. Ces intérêts dus continuent à générer des intérêts.

C’est-à-dire que 99,95 % de la dette sont constitués uniquement des intérêts cumulés de 1976 à 2006 et que la France a été incapable de rembourser malgré le taux élevé des impôts durant toute cette longue période (30 ans).
Si la France avait pu continuer à se financer à taux 0 à la Banque de France ou à la BCE, la dette serait…quasi nulle !

La solution toute trouvée est que la banque centrale rachète les dettes et qu’elle prête directement (impossible) ou indirectement a une banque publique l’équivalent des dettes que les états remboursent a faible coût a 1% environ. Mais il sera difficile d’imposer cela et la zone euros explosera sûrement. Si la France comme l’a fait le général de Gaulle ne paye plus les cotisations européennes et ne vient plus aux réunions il est possible qu’il y ait des rétorsions des « marchés financiers » qui tiennent les rennes du pouvoir contrairement aux années soixante.

Une création monétaire uniquement destinée à l’échange peut être créée mais sur le plan national, le plan des colibris prévoit même qu’une partie de cette monnaie servent au salaire des fonctionnaires et certaines dépenses.

Mais auparavant les banques de dépôts et les banques dites d’affaires doivent être séparées comme cela se faisait  de 1945 a 1984 en France.

En troisième lieu viennent les monnaies locales à l’initiative des groupes locaux, villes ou petite région

Il existe deux voies :

-Réguler la finance folle par les lois

-créer de monnaies parallèles

Créer sa monnaie redonne la  capacité de choisir sinon de gauche comme de droite c’est libéralisme ou libéralisme en bref l’horreur économique.

Pour conclure voici quelque phrases sur la finance

" Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,

 et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois."

 Mayer Amshel Rothschild (1743-1812)

 

 La finance est devenue le cancer de notre société (article Agora Vox)

Comme le cancer,
la finance créée à l’origine pour irriguer le corps économique fonctionne maintenant quasiment exclusivement pour son propre compte.
Comme le cancer,
les mécanismes de régulations ont été supprimés grâce au libéralisme.
Comme le cancer,
la finance épuise les ressources de la société pour se développer.
Comme le cancer,
le seul objectif de la finance est de croître sans limite.
Comme le cancer,
la maladie s’est généralisée à travers la mondialisation (métastases).
Comme le cancer,
la finance est en train de tuer l’organisme qu’elle parasite.
Comme le cancer,
lorsque la finance aura tué le système, elle sera emportée avec lui en enfer !

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×