Cendrillon 2017 et le Prince de la permaculture 12

 

Article spécial : Nous avons hésité avant de publier l’article mais il s’inscrit dans une suite logique. La sexualité dans son aspect ludique demande du temps et a notre avis la Permaculture est aussi le temps retrouvé.

Le marché fût plus long et beaucoup de clients regrettaient l’absence de la pétillante jeune fille. Jean aussi. Enfin le Jeudi soi arriva, Jean alla chercher Lucie a Uzerche ce n’était plus la même Lucie débarrassée de sa tristesse elle était rayonnantes. Elle avait apportée du Champagne, pour fêter les orgasmes.

« Tu es contente de revenir » dit Jean

« Tu serais trop content si je te répondais »

 La soirée ne faisait que commencer et le ton était donné. Il pleuvait en cette fin Novembre, il faisait froid, elle aurait bien pris une douche moitié pour se laver et moitié pour se réchauffer quand elle remarqua la marmite d’eau dans la cheminée.

« Nous pouvons nous laver dans la bassine, tu me lave et je te lave »

Il ne dit pas non, les mains baladeuses étaient autorisées voir favorisées une fois sèche Lucie qui avait envie dit jouer proposa une bataille de chatouilles pour savoir qui commencerait, savoir celui ou celle qui commencerait les caresses pendant que l’autre restait sans bouger, mais Jean trouva le point faible, les côtes très vite.

« Je te propose un marché, tu as cinq minutes  pour que je te supplie d’arrêter, sinon je gagne  et je fais de toi ce que je veux, toi le sadique cela doit te plaire. »

« Mais je ne suis pas sadique »

« Tu ne le sais pas encore. »

Jean avait trouvé la bonne côte, Lucie riait d’un rire hystérique, heureusement jean s’arrêtait  de temps en temps alors on continue ?

« Oui »

« Alors on supplie »

« Dans tes rêves »

Lucie essaya de détourner les chatouilles vers d’autres endroits, mais il ne tomba pas dans le piége.

« Allez renonce »

« Si prés du but, tu veux rire. »

« Non c’est toi qui va rire. »

Les cinq longues minutes étaient passées enfin.

« Tu vas le payer, ma vengeance sera terrible allonge toi »

En fait de vengeance ce fût des caresses sur tout le corps.  Il rit quand elle passa sur l’aine.

« Euréka j’ai trouvée, je te rappelle que tu ne dois pas bouger. »

Puis elle travailla les zones érogènes, il n’en pouvait plus. Lucie s’assit en faisant pénétrer son sexe en elle. Il allait exploser.  Elle se mit a lui chatouiller l’aine ce qui eu pour effet d’augmenter le plaisir par ses mouvements et de le retenir. La situation était intenable, elle abandonna les chatouilles pour caresser ses mamelons (Zone érogène importante chez l’homme)  il n’avait jamais connu pareil intensité de plaisir.

Un quart d’heure plus tard

« A toi maintenant, donne moi le maximum de plaisir, ensuite nous apprendrons ensemble, je suis une gentille sadique »

Lucie était très excitée et lui prenait tout son temps, il refusa par trois fois.

« Non tu attendras. »

Il n’était pas pressé, et de plus le rapport fût assez long, Lucie poussa un cri plus de soulagement que de plaisir, un cri qui voulait dire en s’adressant a son ex qui venait de lui faire un bien mauvais tout, j’aime Jean plus que toi.

Elle mit un bon quart d’heure à se remettre de l’orgasme.

« Je n’ai jamais aimé quelqu’un aussi fort. »

Puis un peu plus tard.

« Oublies ce que j’ai dit, je délirais va chercher le champagne, je ne dirais rien sur l’importance de mon  orgasme, tu serais trop content »

Lucie s’aperçut qu’en plus du plaisir avec Jean la joie était revenu. Elle  était heureuse tout simplement. Ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre.

Le matin Lucie était grave.

« J’ai quelque chose a te dire »

« Tu ne m’as pas tout dit. »

« Si, il faudra que je parte après le marché. »

« Tu avais plusieurs jours, ce n’étais pas bien hier soir, »

« C’est bien le problème c’était trop bien, c’était magique, j’avais un feu d’artifice dans la tête, il est possible que nous ne retrouvions jamais cette harmonie. »

« Tu étais très frustrée, et subitement tu as réalisée un de tes fantasme a savoir guider une relation a ta guise, puis tu as été soumise a une forte attente. »

« N’empêche ces lumière dans la tête cela rappelle  un phénomène appelé le syndrome de la Kundalini, d’autres parlent de début d’éveil »

« Ne tarde pas trop »

« Avant un mois je serais la »

« C’est long reviens plus vite. »

Au grand soulagement de Jean elle revint au bout de cinq jours mais en voiture.

« Cela fera une voiture moderne, dit-elle en présentant sa petite Twingo. »

« Retour au bercail. »

« Oui et pour longtemps si tu acceptes mes conditions, rassures toi elles ne sont pas insurmontables »

« Que veux-tu. »

« Après un soin Essénien appelé recentrage que Christine m’a fait et après l’orgasme phénoménal et initiatique que j’ai eu j’ai décidée de m’installer plus complètement avec toi et j’ai mis mon appartement de Paris en vente mais je risque de ne pas être très présente. J’ai décidée de faire mon activité avec un petite centaine de poules et durant l’hiver une petite production de chèvre angora. »

« Celle qui sont élevées pour la laine. »

« Oui le mohair. Je vais me lancer aussi dans une petite  production de chaussons doublés au Mohair. »

«  A condition d’avoir du cuir et de faire aussi des chaussons autres que ceux de Cendrillon. »

« De plus je vais acheter un petit studio à Limoges pour faire des soins Esséniens. »

« Mais il faudra que tu apprennes. »

« Oui bien sur, comme il faudra que j’apprennes à filer la laine, travailler le cuir. »

« Tu ne seras pas la souvent ? »

« Oui ma présence sera de qualité, tu serais bien trop content si je te disais la puissance de mon amour, si je te disais qu’au bout de trois jours sans toi c’était une catastrophe. »

« Bon plan, mais ai-je le choix. »

« Non, mais tu n’as pas le choix non plus, de me laver, de me sécher, de me masser, de me dorloter ensuite tu feras ce que tu voudras sauf me chatouiller les côtes. »

A tort ou a raison Lucie en se basant sur les dires de son ancien amant Elven qui connaissait le massage Reichien pensant que la sensibilité aux chatouilles sur les côtes était parfois due a l’énergie bloquée dans le segment thoracique. Ce qui expliquait son trop plein d’énergie et les lumières dans la tête. Cela se passa, le massage se transforma en caresses se concentrant sur les zones les plus érogènes.

« Ne fais pas cela aux stagiaires futures, je ferais la tête » dit Lucie

Elle s’abandonna au plaisir, il était normal, honnête, mais surtout la relation avait une âme contrairement avec celle d’ Elven le traite. Elle était joyeuse elle était dans la plénitude.

 « Au fait j’ai du champagne dans ma voiture. »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×