Pourquoi la décroissance. ?.

Pourquoi la décroissance. ?.

Précisons d’abord que la décroissance n’est pas la récession  cette dernière s’accompagnant de grands malheurs (chômage, naufrage des services publics etc) tendis que la décroissance est possible tout en conservant une forte santé sociale.

Le PIB est la somme des valeurs ajoutées, la valeur ajoutée est la valeurs des biens et services produits – les consommations intermédiaires ( énergie etc)  + marges commerciales

Le PIB englobe des effets négatifs comme les accidents, au pire si dix % des travailleurs étaient employées pour donner des coups de masse aux voitures et a faire des troues dans les routes et que 10% des travailleurs réparaient les dégâts de leurs collègues ce serait bon pour le PIB, c’est un indice discutable uniquement comptable mais il sert a mesurer la croissance. D’autres indices existent dont l’indice de développement humain et surtout l’indice de santé sociale mesurant la qualité de vie.

L’ISS Se fonde sur différents critères.  5 thèmes et 16 variables.

  •    Enfants : Mortalité infantile / Maltraitance des enfants / Pauvreté infantile.
    - Adolescents : Suicide des jeunes / Usage de drogues / Abandon d'études universitaires /Enfants nés de mères adolescentes
  • Adultes : Chômage / Salaire hebdomadaire moyen / Couverture par l'assurance-maladie.
    Personnes âgées : Pauvreté des plus de 65 ans / Espérance de vie à 65 ans.
    Tous âges : Délits violents / Accidents de la route mortels liés à l'alcool / Accès à un logement d'un prix abordable / Inégalité de revenu familial

 

Nous remarquons un net décrochage depuis la fin des années 1960, ce schéma en dessous est fait pour les Etats-Unis mais reste valable pour la plupart des pays civilisés.

Nous ne pouvons plus faire de copie conforme mais seulement s’inspirer des années soixante car a partir de cette date la croissance devenait de plus en plus nocive. N’en déplaise a un très mauvais président de la République l’héritage de Mai 1968 est loin d’être fini et en particulier la critique de la société de consommation.

 

Les années 1960 peuvent de nos jours paraître un paradis sur un plan social.

200000 chômeurs, la criminalité réduite au quatre cinquième, l’hospitalisation pour troubles psychiatrique réduite des deux tiers , le suicide des jeunes de moitié et les drogues beaucoup moins présentes.

Pourtant la pollution de l’air était plus présente que de nos jours, les appareils électroménagers et les automobiles très gaspilleurs.

Mais nous verrons cela dans le pilier écologique de la décroissance.

Les français ont a leur tour fait un indice de santé sociale qui reprend l’indice classique et met l’accent sur le chômage et la précarité..

Les cartes montrent de grandes disparités

-          La région Ile de France a un indice de Santé social très moyen et un fort PIB

-          A l’inverse le Limousin avec un fort indice de Santé social a un faible PIB, il en est de même dans une moindre mesure pour la Bourgogne et l’Auvergne

-          Les régions Nord et Pas de Calais cumulent les inconvénients du faible PIB  et un faible indice de santé sociale.

-           

 

 

 

Les indicateurs écologiques

Les deux plus importants semblent le maintien ou  l’augmentation de la biodiversité

L’énergie exprimée en équivalent pétrole  par rapport au PIB,

Elle s’exprime par tonne d’équivalent pétrole par million de dollars du Pib , mais nous l’avons converti en grammes par dollar de PIB

Pour le monde : il est de de 231 grammes d’équivalent pétrole par dollar

Avec des disparités

97,9 pour le Bangladesh : ce qui indique que beaucoup de choses s’effectuent manuellement ou que le PIB se fait a l’aide de ventes (marchés)

519 pour la Russie

146 pour le Brésil

30,5 pour le Congo

Pour la France les  prétentieux et incompétents qui nous gouvernaient étaient fiers de l’économie décarbonée de la France avec ses 170 grammes par dollar, ce n’est pas comme l’Allemagne avec ses éoliennes qui ne marchent pas et son électricité a base de charbon, et pourtant l’Allemagne contrairement aux affirmations de nos menteurs invertébrés affiche un 143,9 grammes  par dollar bien que le pays soit beaucoup plus industrialisé que la France inefficace les énergies renouvelables ?.

Ce n’est pas ce que pensent les Danois avec 133,2 grammes par dollar, ni les espagnols avec 142,4 grammes par dollar.

A cet occasion et pour ne pas chanter trop vite l’hymne Européen cet indice doit être complété sur un plan pratique de l’énergie grise contenue dans les produits manufacturés par unités de poids ou par unité de prix par dollar ou par Euro, cette dernière indication permettra de mettre en place une taxation écologique et le taux relativement modeste des européen provient en partie des exportations car l’énergie consommée sur le territoire est seule prise en compte. Néanmoins l’Allemagne reste cependant un exemple en terme de début de transition énergétique compte tenue de son industrialisation mais sûrement pas en terme de baisse d’indice de santé sociale qui était correct auparavant ni en terme de traitement de la dette Européenne en donnant le pouvoir au banquiers par crainte de l’inflation.  

En conclusion

Les années soixante étaient une société d’une grande efficacité en ce qui conservait la santé sociale par rapport aux richesses produite, la décroissance  doit retrouver cet était de fait pour réussir voir même  l’améliorer. La récession diminue le remboursement de la santé et les moyens de l’éducation elle augmente également le chômage.  La décroissance elle doit le réduire

Pour information voici l’évolution du PIB. En milliards de dollars France

1961 : 68,3462

1970 : 146,972.

1980 : 690,3225

1995 : 1572,1

2000 : 1326,3

2006 : 2831,8

2010 ; 2560

Attention les statistiques sont en dollars courant, c'est-à-dire a la valeur de la monnaie de l’époque pour prendre un exemple il faudrait multiplier par huit ou dix le chiffre de 1961.

Entre 1980 et 1995 il convient de multiplier par deux.

Nous remarquons que la société devient de plus en plus inefficace, le nombre de chômeurs augmente même a la même vitesse que le PIB depuis 1980 l’année marquant le début du « grand bond en arrière » selon l’expression de Serge Halimi.

Devant le progrès de la catastrophe écologique et sociale annoncée les « décroissants »  et autre « objecteurs de croissance » d’arrière garde vont se retrouver a l’avant-garde comme le légendaire Roland le neveu de Charlemagne a Roncevaux.

En tout les cas si les années soixante et en partie les années soixante dix brillaient par leur organisation sociale et par la qualité des services publics par rapport au PIB, elles ne brillaient pas par leur grande intensité énergétique et par les pollutions diverses en particulier la pollution de l’air, plus forte que de nos jours, ici l’exemple n’est pas a suivre, Ce n’est donc pas le complet retour en arrière.


Précisons d’abord que la décroissance n’est pas la récession  cette dernière s’accompagnant de grands malheurs (chômage, naufrage des services publics etc) tendis que la décroissance est possible tout en conservant une forte santé sociale.

Le PIB est la somme des valeurs ajoutées, la valeur ajoutée est la valeurs des biens et services produits – les consommations intermédiaires ( énergie etc)  + marges commerciales

Le PIB englobe des effets négatifs comme les accidents, au pire si dix % des travailleurs étaient employées pour donner des coups de masse aux voitures et a faire des troues dans les routes et que 10% des travailleurs réparaient les dégâts de leurs collègues ce serait bon pour le PIB, c’est un indice discutable uniquement comptable mais il sert a mesurer la croissance. D’autres indices existent dont l’indice de développement humain et surtout l’indice de santé sociale mesurant la qualité de vie.

L’ISS Se fonde sur différents critères.  5 thèmes et 16 variables.

  •    Enfants : Mortalité infantile / Maltraitance des enfants / Pauvreté infantile.
    - Adolescents : Suicide des jeunes / Usage de drogues / Abandon d'études universitaires /Enfants nés de mères adolescentes
  • Adultes : Chômage / Salaire hebdomadaire moyen / Couverture par l'assurance-maladie.
    Personnes âgées : Pauvreté des plus de 65 ans / Espérance de vie à 65 ans.
    Tous âges : Délits violents / Accidents de la route mortels liés à l'alcool / Accès à un logement d'un prix abordable / Inégalité de revenu familial

 

Nous remarquons un net décrochage depuis la fin des années 1960, ce schéma en dessous est fait pour les Etats-Unis mais reste valable pour la plupart des pays civilisés.

Nous ne pouvons plus faire de copie conforme mais seulement s’inspirer des années soixante car a partir de cette date la croissance devenait de plus en plus nocive. N’en déplaise a un très mauvais président de la République l’héritage de Mai 1968 est loin d’être fini et en particulier la critique de la société de consommation.

 indice-de-sante-sociale.jpg

Les années 1960 peuvent de nos jours paraître un paradis sur un plan social.

Pour la France

200000 chômeurs, la criminalité réduite de quatre cinquième, l’hospitalisation pour troubles psychiatrique réduite des deux tiers , le suicide des jeunes de moitié et les drogues beaucoup moins présentes.

Pourtant la pollution de l’air était plus présente que de nos jours, les appareils électroménagers et les automobiles très gaspilleurs.

Mais nous verrons cela dans le pilier écologique de la décroissance.

Les français ont a leur tour fait un indice de santé sociale qui reprend l’indice classique et met l’accent sur le chômage et la précarité..

composantes-issr-f1021.jpg

Les cartes montrent de grandes disparités

graph-1.jpg















graph-2.jpg

















-          La région Ile de France a un indice de Santé social très moyen et un fort PIB

-          A l’inverse le Limousin avec un fort indice de Santé social a un faible PIB, il en est de même dans une moindre mesure pour la Bourgogne et l’Auvergne

-          Les régions Nord et Pas de Calais cumulent les inconvénients du faible PIB  et un faible indice de santé sociale.

-         

Les indicateurs écologiques

Les deux plus importants semblent le maintien ou  l’augmentation de la biodiversité

L’énergie exprimée en équivalent pétrole  par rapport au PIB,

Elle s’exprime par tonne d’équivalent pétrole par million de dollars du Pib , mais nous l’avons converti en grammes par dollar de PIB

Pour le monde : il est de de 231 grammes d’équivalent pétrole par dollar

Avec des disparités

97,9 pour le Bangladesh : ce qui indique que beaucoup de choses s’effectuent manuellement ou que le PIB se fait a l’aide de ventes (marchés)

519 pour la Russie

146 pour le Brésil

30,5 pour le Congo

Pour la France les  prétentieux et incompétents qui nous gouvernaient étaient fiers de l’économie décarbonée de la France avec ses 170 grammes par dollar, ce n’est pas comme l’Allemagne avec ses éoliennes qui ne marchent pas et son électricité a base de charbon, et pourtant l’Allemagne contrairement aux affirmations de nos menteurs invertébrés affiche un 143,9 grammes  par dollar bien que le pays soit beaucoup plus industrialisé que la France inefficace les énergies renouvelables ?.

Ce n’est pas ce que pensent les Danois avec 133,2 grammes par dollar, ni les espagnols avec 142,4 grammes par dollar.

A cet occasion et pour ne pas chanter trop vite l’hymne Européen cet indice doit être complété sur un plan pratique de l’énergie grise contenue dans les produits manufacturés par unités de poids ou par unité de prix par dollar ou par Euro, cette dernière indication permettra de mettre en place une taxation écologique et le taux relativement modeste des européen provient en partie des exportations car l’énergie consommée sur le territoire est seule prise en compte. Néanmoins l’Allemagne reste cependant un exemple en terme de début de transition énergétique compte tenue de son industrialisation mais sûrement pas en terme de baisse d’indice de santé sociale qui était correct auparavant ni en terme de traitement de la dette Européenne en donnant le pouvoir au banquiers par crainte de l’inflation.  

En conclusion

Les années soixante étaient une société d’une grande efficacité en ce qui conservait la santé sociale par rapport aux richesses produite, la décroissance  doit retrouver cet était de fait pour réussir voir même  l’améliorer. La récession diminue le remboursement de la santé et les moyens de l’éducation elle augmente également le chômage.  La décroissance elle doit le réduire

Pour information voici l’évolution du PIB. En milliards de dollars France

1961 : 68,3462

1970 : 146,972.

1980 : 690,3225

1995 : 1572,1

2000 : 1326,3

2006 : 2831,8

2010 ; 2560

Attention les statistiques sont en dollars courant, c'est-à-dire a la valeur de la monnaie de l’époque pour prendre un exemple il faudrait multiplier par huit ou dix le chiffre de 1961.

Entre 1980 et 1995 il convient de multiplier par deux.

Nous remarquons que la société devient de plus en plus inefficace, le nombre de chômeurs augmente même a la même vitesse que le PIB depuis 1980 l’année marquant le début du « grand bond en arrière » selon l’expression de Serge Halimi.

Devant le progrès de la catastrophe écologique et sociale annoncée les « décroissants »  et autre « objecteurs de croissance » d’arrière garde vont se retrouver a l’avant-garde comme le légendaire Roland le neveu de Charlemagne a Roncevaux.

En tout les cas si les années soixante et en partie les années soixante dix brillaient par leur organisation sociale et par la qualité des services publics par rapport au PIB, elles ne brillaient pas par leur grande intensité énergétique et par les pollutions diverses en particulier la pollution de l’air, plus forte que de nos jours, ici l’exemple n’est pas a suivre, Ce n’est donc pas le complet retour en arrière.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×