Cendrillon et le prince de la permaculture 61

Cendrillon et le prince de la permaculture 61

Maria avait passé une bonne semaine, en plus des touchers détente elle avait été invitée par chacun des membres à manger, elle était très contente. Christine était invitée aussi.

Annabelle poursuit

Les autres pays.

L’Irlande

La dette a augmentée d’une façon fulgurante, elle était de 25% en 2007 avec 0% de déficit, o% de chômage, les taxes sur les entreprises étaient très faible le travail « libéralisé », beaucoup de services publics privatisés,   en bref un paradis Néolibéral puis avec la crise le déficit passa de 7,3%  en 2008 14,4% en 2009, 32,4% en 2010. La dette publique s’éleva a 96,2% du PIB fin 2010 et le chômage a 14%. Les salaires des fonctionnaires, les dépenses sociales n’ont strictement rien à voir avec cette augmentation foudroyante il s’agit bien des banques et de la bulle immobilière. Le plan d’aide du FMI n’a pas pour but de sauver les gens mais de sauver les banques et bien sur les banques  Européenne Allemandes, Françaises et même Belges. Le remède est l’austérité avec les suppressions de postes de fonctionnaires le gel des retraites, l’augmentation de la TVA enfin les Irlandais de plus en plus pauvres ne paierons jamais. 

La Grèce ou les quatre dictatures

En 2007 la dette représentait 100% du PIB environ le chômage était à 7%  3 ans plus tard la dette représentait 142 % du PIB  et les chômeurs 25%. La dette a augmentée malgré l’austérité imposée par la Troïka (FMI, UE, BCE)  pour atteindre 180% de nos jours.

La dette a plusieurs origines.

La dictature des colonels : De 1967 à 1974, la dette a triplée durant ces quatre années.

L’insuffisance de rentrée des impôts : Ce sont les plus riches car pour les salariés ils sont prélevés à la source. Le nombre d’employés du fisc est insuffisant, 1/1150 contre 1/730 en Allemagne et ceci dû en partie a cause des politiques d’austérité.

Les Jeux Olympiques : L’ardoise est de 14 milliards d’euros ce qui est important et ramené à l’échelle de la France cela ferait plus de 70 milliards d’euros.

Les banques : le taux d’augmentation de la dette en forte de hausse de plus de 40% en trois ans s’explique par le sauvetage des banques auquel le FMI a donné directement et demandé a la  population de rembourser. La banque centrale rachète des titres de dette grec a 70% de leur valeur et demande le remboursement a 100%. Nous n’hésitons pas à dire que l’union Européenne la Banque centrale Européenne, le FMI les banques privées se sont comportés en mafieux et en dictateurs ce qui pose le problème du maintien dans la  zone Euros voir dans l’union européenne dans ces  conditions pour tous les pays.

1er : En Grèce le choix des électeurs n’est pas respecté, Le parlement ne peut plus sortir une loi sans l’autorisation de l’Union Européenne.

2) La pauvreté atteint des proportions phénoménales, le taux de mortalité augmente la durée de vie baisse.

3) Le pays est mis à sac, bradé aux multinationales. Dans les « privatisations »  euphémisme pour vols, la troïka prend directement l’argent de la vente d’un bâtiment public payé par l’état qui ne profite pas de la vente et qui paye un loyer à la multinationale pour l’utiliser. Même la mafia n’ose pas faire cela  ce qui se passe en Grèce est une honte. Signalons également des pays comme la France ou l’Allemagne qui empruntent a 2% et prêtent a 5% ainsi ils aident les grecs.

L’union européenne est une abomination à la botte des multinationales. C’est l’horreur économique dans toute sa splendeur qui va mener l’Europe au statut de Tiers monde.

L’Audit et l’Annulation des dettes illégitime

Va consister à examiner l’origine et la progression des dettes ainsi que l’origine des créanciers

Il est évident qu’en  Grèce une grande partie des dettes est illégitime. Pourquoi a-t-elle augmentée de 70% en 7 ans 2007-2014  de 100 % à 170%.

Dans l’euphorie de l’entrée dans l’euro dont nous pouvons noter que la banque d’affaire Goldman Sachs a aidée à maquiller les compte, notons aussi que Mario Draghi était vice président de cette banque pour devenir ensuite gouverneur de la BCE en passant par la banque d’Italie ?  Il ne faut pas oublier les dettes privées pour constater qu’elles sont de deux sortes.

  1. Les particuliers qui n’ont pas pu rembourser l’emprunt à cause de la crise  et comme les banques préfèrent spéculer plutôt que de constituer des réserves elles se retrouvèrent en faillite.  Ces dettes privées passèrent en dette publique et comme cette dernière était déjà élevée ?
  2. Les taux d’intérêts exorbitants qui rendent impossible le remboursement. Notons que la BCE a racheté des dettes grecques a 70% de leur valeur pour ensuite le réclamer aux grecques a sa valeur initiale. Soit 100%.

 

La BCE  une dictature ?.

Souvenons-nous du discours de Roosevelt en 1936

« Nous avons dû lutter contre les vieux ennemies de la paix : le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l’antagonisme de classe […] Ils avaient commencé à considérer le gouvernement des Etats-Unis comme un simple appendice à leurs affaires privées. Nous savons maintenant qu’il est tout aussi dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé. »

Hélas l’argent organisé c’est la banque centrale au service des multinationales. Remarquons que ce n’est pas aux banques de dicter l’Age de la retraite ni la vie des personnes surtout après avoir provoquée une crise. Rappelons les conséquences pour la Grèce :

45% des personnes en dessous du seuil de pauvreté

Augmentation de 45 % de la mortalité enfantine, augmentation de 19% de la malnutrition enfantine.

Augmentation des suicides de 45%.

Augmentation du chômage de 7 à 25% 

C’est une guerre sans armes, un crime contre l’humanité.

Que faire ?

  1. Après L’Audit supprimer unilatéralement les dettes illégitimes
  2. Nationalisation des banques et/ou séparation des banques de dépôts et banques d’affaires
  3. Recapitaliser ensuite : Ces trois mesures sont dans l’intérêt de la BCE  avant d’être celui du peuple, notons que les créanciers exigent la privatisation des banques et qu’elles renflouent celle-ci. Si la BCE n’accepte pas le plan il faudra :
  4. Sortir de l’Euro ce qui équivaut à sortir de la dictature, dans un premier temps la nouvelle monnaie sera de type monnaie locale, non attaquable par les spéculateurs. L’euro servant aux importations il sera principalement apporté par le tourisme.
  5. Evidemment reprendre entièrement en main la banque centrale Grecque. Créer éventuellement un Euro électronique.

La relocalisation sera ainsi favorisée ainsi que la création de petites industries. Il y aura sûrement des pénuries d’appareils électroménagers  et d’appareils audiovisuels. Ce qui peut amener une souscription internationale et l’envoi de conteneurs pour la Grèce.  Les Grecs manquerons d’équipements mais ils ne manqueront ni d’argent ni de travail, ni de logement, ni de soins (manque éventuel d’appareils de pointe). Mais pas de produits de base comme c’est le cas actuellement ou souvent les compresses dans les hôpitaux manquent.

Bon dit Lucie heureusement que cela est dernière nous a quel monde nous nous sommes échappé. .  

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×