Relocalisation 1

 

Pourquoi ?.

Chaque déplacement émet de l’énergie et même du gaz carbonique. Mais ce ne sont pas les seules conséquences. 

Ce commerce mondial débridé uniquement préoccupé par le profit occasionne également des dégâts sociaux et environnementaux considérables.  Citons en autre.

L’huile de palme : utilisé dans de nombreux plats préparés pour une question de cout. Entraine une déforestation sauvage avec des feux de forêt en plus c’est une huile de mauvaise qualité, inferieure aux  huiles d’olive, colza et tournesol qui ne demandent pas de couper des forêts. A boycotter absolument.

La monumentale aberration : Puisque cette huile se vend de plus en plus mal, pourquoi ne pas faire du biocarburant ?. Le qualificatif de « bio » est usurpé largement il vaut mieux employer les termes de « necro » ou de « debilo » ou « absurdo » carburant qui à cause de la déforestation met au bas mot trois fois plus de gaz a d’effet de serre que l’équivalent en pétrole.

Un autre exemple de libre échange mortifère la culture de Soja 

Quelques chiffres :

La consommation de soja en France 

4 620 000 000  kilos/an

Soit plus de 4 millions de tonnes

La production française de soja 

260 000 000 kg

Soit 260 000 tonnes

80 % d’origine OGM

D’où provient le soja : les plus gros fournisseurs sont le Brésil et l’Argentine seuls sont sur la Belgique et les Pays bas. Je crois l’Espagne aussi mais c’est à vérifier. Ce qui veux dire que nous pouvons cultiver notre soja par exemple en ne produisant pas deux fois et demie nos besoin en blé dont une partie pour les animaux.

Soja

La production française passe en grande partie dans l’alimentation humaine elle est très demandée car les OGM sont interdits en Europe.

La norme pour les résidus de glyphosates a été réévaluée car le soja OGM a obligatoirement des résidus car c’est le rôle de l’OGM de bloquer le glyphosate pour qu’il ne puisse pas se détruire sous l’action des rayons du soleil. Il y a donc plus de résidus que dans une utilisation normale du Roundup (principalement dans l’eau). Il est difficile d(accéder a ce soja mais souvent les résidus sont de 12 à 21 ppm parie par millions suivant un article de Mediapart. hors la norme a été relevée à 20 ppm

Le soja GM résistant au glyphosate, plus connu sous le nom de RoundUp, présente des niveaux très élevés de cet herbicide, selon une étude publiée dans la revue Food Chemistry.

« Si les OGM ont souvent été présentés par leurs fabricants comme une opportunité de réduire l’usage de pesticides, c’est tout l’inverse qui s’est produit. Pour l’herbicide RoundUp, cela a conduit à la sélection de mauvaises herbes résistantes, conduisant ainsi les agriculteurs à en répandre des doses encore plus fortes, accélérant ainsi l’émergence de résistances. Au final, la plante GM se trouve bien plus imprégnée de l’herbicide que ses équivalents conventionnels –sans même parler du bio.

C’est ce phénomène que démontre l’étude publiée par Thomas Bøhn, de la Faculté des sciences de la santé à l’université de Trømso (Norvège), et ses collègues dans la revue Food Chemistry. Les chercheurs ont comparé la composition de 31 échantillons de soja produits dans l’Iowa, dont 10 de variétés GM, 10 de variétés non-GM issues de l’agriculture conventionnelle et 11 de variétés non-GM cultivées en bio.

Le soja GM présentait une concentration moyenne de glyphosate de 3,26 mg/kg, avec un maximum de 8,8 mg/kg. Quant à l’AMPA, métabolite du glyphosate, son taux moyen atteignait 5,74 mg/kg, avec un maximum à 10 mg/kg. Or en ajoutant le glyphosate et l’AMPA, sept des dix échantillons dépassaient le seuil de 5,6 mg/kg, que Monsanto avait lui-même qualifié, en 1999, d’«extrême», rappellent les auteurs. En revanche, aucune trace de glyphosate ou d’AMPA dans les échantillons de soja bio et, de manière plus surprenante, dans ceux de soja conventionnel. »

Le libre-échange instauré en dogme quasi religieux nous mène à notre perte. Ce serait très bête d’interdire le glyphosate sans interdire les OGM Roundup ready. Le libre-échange piétine les droits humains, la santé de l’homme, l’écologie et n’est pas étranger aux vagues migratoires en privant les populations de leur agriculture vivrière. Seul compte le profit des multinationales et rien d’autre. Il faut sortir de l’équation protectionnisme= extrême droite qui est un piège. Notons que la notion de taxe kilométrique appliquée non pas au camions mais a la marchandise permettrait de réduire les importations d’une manière générale. On paierait moins cher les produits Allemands à Strasbourg que le produits Parisiens ou Breton

La déforestation

Tout comme l’huile de palme des forêts primaires sont détruite et ce sont des centaines de tonnes de gaz carbonique sont lâchés dans l’atmosphère.

L’extinction des petits paysans

Au Brésil en Argentine cette culture prend la terre des petits producteurs. En Argentine taxe les exportations pour remplir les caisses.

L’utilisation accrue d’engrais azotés dans les pays importateurs

En effet ces importations de soja empêchent les cultures de légumineuses comme le trèfle, la luzerne, les pois,  la féverole, le lupin captent l’azote de l’air. Avec deux fois et demie sa production la France est fortement déficitaire en protéines. La première chose à faire est d’interdire le soja OGM puis de favoriser les céréales nationales en les subventionnant notons qu’il est possible de cultiver le soja en France.

Pourquoi le soja :

Pour une question de cout et aussi parce que le soja peut nourrir à la fois les volailles, les porcins, les bovins. Sinon il faut changer à chaque fois la luzerne, les tourteaux de soja et de tournesol sont mieux adaptés au bovin. La volaille, la féverole, les porcins : le pois. Mais le soja permet de gagner quelques jours c’est une question de rentabilité.

Les volailles consomment 40% des importations de soja. Il faut donc éviter de consommer les poulets industriels. Les poulets a label ne sont pas nourrit aux OGM (à vérifier) l’exemple est le poulet de Loué. Notons que les poulets industriels : 80% des effectifs mais 20% des poulaillers accumulent la grande majorité des maltraitances.

Les porcs consomment 30% des importations : Il est difficile de trouver de la viande correcte car les porcs pourtant destinés à consommer les sous-produits sont nourris au soja OGM et en plus ne sont plus élevés sur paille ce qui occasionne la pollution des rivières par les nitrates

Les bovins laitiers consomment 20% des importations : Les vaches laitières consomment pour le lait aussi du tourteau de soja et du tourteau de tournesol. Le tourteau est ce qui reste après avoir retiré l’huile. Il existe une filière d’agro-carburant avec de l’huile de colza et de tournesol mais qui n’est pas conseillée sauf sous forme artisanale ou elle demande peu d’énergie pour être produite et n’a pas besoin de transformation ce qui nécessite des moteurs pas très regardant  comme les moteurs de bateaux de pêche ou des tracteurs. La filière industrielle n’est pas parfaite car elle demande d’utiliser un litre de fuel pour produire trois litres d’agro carburant mais elle passerait pour être « écologique » si on la compare à l’huile de palme qui détruit l’équivalent en carbone de trois à cinq litres pour produire un litre.  . 

Les bovins viande, les ovins les caprins consomment 10%  des OGM importés : Bien sur faut donner dix calories sous forme végétales pour en avoir une sous forme végétale mais les bovins viandes et les ovins ont leur place dans les agroécosystèmes. La terre se régénère sous forme de prairie car elle accumule le gaz carbonique de l’air et contribue à réduire l’effet de serre. Le fumier contribue à améliorer le sol et a réduire les engrais de synthèse  

Que faire : Ne plus acheter de volailles non bio et au pire sans label et encore la filière Bio achète parfois du soja importé non OGM mais importé. Il existe sur les marchés des petits producteurs en particulier beaucoup de maraichers qui possèdent quelques dizaines de poules destinées à manger les épluchures et les invendus c’est une filon qui ne garantit pas à 100% a cause des compléments mais ceux-ci ne sont pas permanents. Les porcs devront être obligatoirement bio a label et sur paille pourquoi ?;  Car l’ élevage sous forme de lisier produit des nitrates dans l’eau des rivières les protéines de l’OGM se retrouvent dans la viande  ou décomposées sous forme d’excrément ce qui donne des algues vertes. le Soja OGM est à mon sens un des plus grand scandale du libre-échange.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site