La nouvelle donne verte 2 : Green New deal 2


 

Solutions nationales et internationales

Que nous distinguerons des solutions locales plutôt inspirées par la décroissance qui en soi ne peut devenir un idéal alors que l’économie verte le peut (New Deal vert). Inspirons nous du livre de Susan George Leurs Crises, Nos Solutions. Les solutions sont mondiales et elles visent a favoriser la vie a long terme.

Placer les banques sous contrôle citoyen : Susan George précise que les banques ne seront pas seulement nationalisées mais socialisées ce qui lui parait indispensable au USA étant donné que les dérives continuent (Bonus, salaires complètement indécents pour les dirigeants etc).

Pour le niveau national il nous semble en premier lieu que la séparation entre les banques de dépôts et banques d’investissement devienne urgente car il n’est pas normal que les dépôts des particuliers servent a spéculer en deuxième lieu les banques coopératives genre caisse d’Epargne retrouvent leur rôle social et en plus servent a financer l’économie sociale et solidaire. En troisième lieu création d’une banque d’état énergie renouvelable autorisée a émettre des euros ou des francs en cas de défaillance de l’Euro, les prêts seront a 0% et remboursés avec les économies d’énergies. Et c’est ici qu’intervient le management, la taxe développement durable peut servir a payer les employés. 

Priorité aux projets verts

Prêts aux entreprises sociales

Convertir la dette en investissements verts

La dette des pays pauvres et endettés est de 17 milliards de dollars soit 32000 dollars par minute une fois remboursé, la somme est reversée aux pays et transformée en monnaie local pour des actions telles que :

-Protection de la nature (il sera plus rentable de devenir garde forestier que braconnier, il sera plus rentable de laisser les arbres plutôt que de les barder à bas coûts et en fraude)

-Replantation d’arbres avec les espèces locales.

-Lutte contre l’érosion

-Relance de l’agriculture locale.

Le suivi et la gestion étant assuré par des comités locaux.

L’idée de Susan George est aussi simple que géniale et nous pensons que le principe peut être étendue a  d’autres pays voir l’Europe.

Le principe étant le suivant :

La banque centrale rembourse directement la dette en émettant des Euros ce qui « coupe la chique » aux spéculateurs qui saignaient les pays endettés, il n’y a qu’un seul bloc très bien noté (de toute façon il supprime les notations). Les Etats remboursent directement a la banque centrale et une partie est redonnée, partie servant a financer des projets tels que.

-construction d’éoliennes

-Solaire thermique, photovoltaïque, thermodynamique avec moteur stirling.

-Agriculture durable.

-Recyclage

-Technologie nouvelles types Cambridge Brut, Pétrole bleu a l’aide de cyanobactéries et de gaz carbonique .Etc.

Mais pour le moment la Banque centrale tire l’Europe vers le bas, nous reconnaissons que notre plus grosse erreur est d’avoir voté Oui au traité de Maastricht. Notre futur est sombre, il consiste a nous faire retomber a brève échéance au niveau de la Moldavie et de faire visiter nos paysages a de riches Chinois.

Devenir propre et riche ?.

Sur la terre il se trouve 8,6 millions de riches c'est-à-dire dont les revenus actuels sont supérieurs  au million de dollars. Soit 32000 milliards de dollars au total. Il suffirait de taxer fortement les revenus financiers pour que l’argent retourne a l’économie réelle et en particulier a l’économie verte.

Pour compléter la remarque de Susan George en France nous pouvons mettre un quota a certaines exonération  d’impôts 10000  Euros (exonération maximale) pour chèque service par exemple et supprimer les niches fiscales qui favorisent le fait que les riches payent beaucoup moins d’impôt que les classes moyenne et nous ferons une exception pour les niches vertes (dons a des villages en transition par exemple).

Les villages en transition ou les villes en transition sont des villes engagées se préparant, s’organisant en vue de la fon du pétrole ce qui implique une transition sociale.

Ces investissements verts permettront d’assurer un début de financement pour des projets audacieux comme l’exemple cité par Susan GEORGE d’un entrepreneur voulant couvrir les routes de panneaux photovoltaïques encastrable dans les routes, l’idée n’était peut être pas fameuse mais difficile de le savoir avant d’avoir fait au moins quelques kilomètres.

Supprimer les tranches d’impôts uniformes.

En vogue dans les pays de l’Est Européen cette idée pénalise fortement les tranches aux revenus faibles 30% pour celui qui gagne 1000 Euros par exemple est une forte charge, beaucoup moins pour celui qui en gagne 10000 et très peu pour celui qui en gagne 100000.

A titre personnel nous somme pour le revenu maximum a vingt fois le revenu médian soit environ 30000 euros par mois, tous les autres revenus sont confisqués. Cette mesure me semble indispensable pour aller vers la décroissance qui s’imposera avant vingt ans.

Mettre l’union Européenne sur la bonne voie.

Nous ne reviendrons pas sur la catastrophique Banque Centrale Européenne épinglée aussi par Susan George.

Taxer mieux.

Taxer les entreprises en fonction de la pollution et aussi des gaz a effet de serre (le gaz carbonique n’étant pas un polluant en soi).

Taxer moins ce que l’on veut taxer plus ce que l’on ne veut pas

Taxe gaz carbonique remplaçant les taxes sur le travail.

Pour notre part nous pensons que les charges attachées au salaire protégent des gouvernements mal intentionnés comme celui que nous avons depuis cinq ans, la TVA dite sociale va se transformer en cadeaux au patronat. Mais les taxes sociales injustement appelées « charges » servent a rendre la vie plus vivable et sont une marque de civilisation, lourdement insisté sur le mot « charge » dénote l’indigence des branquignols qui nous gouvernent (mars 2012).

Les paradis fiscaux

Ils permettent aux entreprises multinationales de ne presque pas payer d’impôts mais de profiter largement des services publics des états. 

La taxe Tobin

Elle est appelée taxe sur les transactions financières, elle est assez facile a mettre en œuvre d’après Susan George a condition de se baser sur la monnaie et non sur les pays étant donné que ces transactions financières représentent 3200 milliards de dollars par jour et 788000 par an a raison de 1 pour mille elle rapporterait 788 milliards de dollars.

Photo de Susan George

avt-susan-george-43-pjpeg.jpg


Les conditions précisées par Susan George  semblent indispensables pour commencer un renversement et une véritable transition énergétique l’énergie coûtera plus cher. Que ce soit la capricieuse énergie éolienne, le solaire photovoltaïque et se pose le problème du stockage de l’energie électrique en ce qui concerne le pétrole les agro carburants sont à oublier sauf engins agricoles et production a la ferme. Les carburants a base d’algues bleues ou pétrole bleu ou encore a base de plastiques recyclés seront plus chers que deux euros le litre et de plus seront rationnés, seule une baisse importante de la consommation par la mort de la société de consommation pourront assurer un avenir vivable. La part des énergies renouvelables, la participation du New deal vert sera plus importante que celles indiquées par les partisans de la décroissance. En gros pour une consommation  de 7500 kwh d’électricité par français et par an 2000 sont consacrés  a une utilisation ménagère et le reste est de « l’énergie grise » contenue dans la fabrication des aliments et les  produits manufacturiers.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×