Comment faire ?

 

Nous distinguerons la recherche d’autonomie individuelle, pour un territoire et pour un pays ou des pays, a notre avis l’un ne va pas sans l’autre, l’autonomie s’accompagne de la « décroissance »  les reformes profondes impulsées par l’Etat devront accompagner le mouvement. Si nous prenons l’exemple de la maison des Baronnet lesquels produisent leur électricité et captent l’eau de pluie il est évident qu’il y a décroissance et ceci sans doute pour un confort un peu moindre. La relocalisation provoque une décroissance mais augmente l’activité. Nous pensons que l’accent doit être mis sur l’autonomie.

Le local doit aller de pair avec le global. Nous vous présentons ici une conception de la société vue par François Rouillay un des initiateurs des Incroyables comestibles en France

a064-incredible-edible-todmorden-changement-de-paradigme-schema-didactique-francois-rouillay-17-03-2010-w1024-2.jpg

 

 

L’inversion peut être favorisée par l’action publique, comme le Collectif Roosevelt  avec les quinze propositions que les citoyens doivent imposer aux politiques. Les membres de ce collectif que nous voyons très bien dans un gouvernement de long terme dans le rôle de sages. Les fondateurs parmi les plus connus étaient : Stéphane Hessel, Edgar Morin, Susan Georges, Patrick Viveret, Michel Rocard ainsi que le petit fils de Roosevelt

1 : Redonner l’oxygène aux états

La proposition du collectif est que la Banque Centrale Européenne prête a une banque publique a créer ou bien a la Banque publique d’investissement a 0,01% qui elle prête aux Etats a 0,02%  ce qui arrangerait bien les affaires de la Grèce, du Portugal ou même la France car les banques prêtent jusqu'à 10% et plus de l’argent prêté par la banque Centrale a 1%. . Roosevelt disait : « Etre gouverné par l’argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé » c’est bien ce qui arrive en Europe. Cette proposition permet de ne pas changer les traités Européens ce qui peut durer des années.

2 : Dégager des nouvelles  marges de manœuvres financières

Cette proposition vise l’impôt sur les bénéfices des entreprises qui est de 25% en Europe contre 40% au USA, l’idée du collectif est de retrouver le taux de 1995  soit prés de 40% aussi. Cette augmentation peut se  faire   a l’aide d’une eco-taxe .

3 : Mettre fin au sabordage fiscal national

Revenir à la situation de l’an 2000 en France permettrait d’économiser 100 milliards d’euros d’après Gilles Carrez. Remarquons que ces baisses profitent  principalement aux plus riches. Un nouveau barème de l’impôt sur le revenu est proposé par certains économistes dont Thomas Piketty  il inclut la CSG.

2% a 1100 Euros de revenu (pour une personne)

10% a 2200 euros brut mensuel

13% a 5000 euros

25% pour 10000 euros

50% pour 40000 euros

60% pour 100000 euros

Tous les revenus sont inclus y compris les revenus du capital. (Encore une reforme manquée de la « gauche ».

4 : Boycotter les paradis fiscaux

 En Europe 1 a 1,5% du PIB file vers des paradis fiscaux soit de 20 a 30 milliards d’euros pour la France

le collectif propose.

-L’exclusion des entreprises ayant des comptes dans les paradis fiscaux de tous marché public : Etats, Région, Département, Communes.

-Barème de l’impôt en fonction de la masse salariale, son chiffre d’affaire, son  investissement Etat par Etat. L’ensemble des trois paramètres va déterminer le niveau de l’impôt. Nous pensons qu’en plus de lutter contre les paradis fiscaux cette présentation peut réellement préserver l’emploi (plus le % de masse salariale est important par rapport au chiffre d’affaire est important moins l’impôt sera élevé)

5 : Limiter au maximum les licenciements

Pendant l’année 2009 la récession était deux fois plus importante en Allemagne

 

 

Récession 2009

Evolution du chômage

Allemagne

-4,9 %

+220000

France

-2,3 %

+ 1200000

 

Le nombre de chômeurs est six fois plus important en France pour une crise deux fois moins grave. L’Explication ? L’Allemagne a mis en place le chômage partiel a grande échelle pour prendre un exemple si une entreprise a une diminution du chiffre d’affaire de 20%, il diminue les salaires de 20% et l’Etat prends la différence, plutôt que de mettre des gens au chômage. 

6 : Sécuriser les précaires. 

S’inspirer de ce qui se fait au Danemark mais le collectif pense aussi aux artisans en faillite et pose la question du revenu universel.

7 : Interdire aux banques de spéculer avec notre argent

Séparer les banques de dépôt et les banques d’affaires

Le collectif propose que cela soit fait très vite en quelques semaines de manière que les banques n’adoptent pas des mesures de rétorsions envers les Etats, cette mesure protégera les dépôts des errements spéculatifs et favorisera les prêts à l’économie réelle les PME en particulier. Que se passerait-il si François Hollande devait trouver 180 milliards d’Euros en cas de faillite d’une grande banque ? Évidemment les déposants seraient sacrifiés, ou bien la protection sociale, ou les deux probablement. En tout les cas la loi sur les banques de la « gauche » actuelle est semblable pour certains à une loi de séparation de l’église et de l’Etat faite par un évêque, énorme danger en cas de nouvelle crise. Le collectif encourage la création de monnaies locales encore appelées, monnaies complémentaires car la « monoculture monétaire est fragile »

8 : Créer une vraie taxe sur les transactions financières :

Cette taxe serait déjà efficace a l’intérieur de la zone Euro et encore plus au niveau de l’Europe, mais les Anglais s’y opposent malgré une dette colossale (deux fois  plus que la France pour la dette privée et sept fois si la dette du secteur financier (900 % du PIB). Depuis 2008 cette taxe aurait pu rapporter entre 250 et 600 milliards d’euros, le problème grec n’existerait plus.

9 : Lutter contre les délocalisations ;

En 1944 sous l’impulsion de Roosevelt le commerce mondial était assorti de conditions sociales, « le travail n’est pas une marchandise pas de paix durable sans paix sociale » de nos jours même la Chine a signé 22 conventions sociales a l’Organisation Mondial du travail avant de pouvoir rentrer a l’OMC (Organisation mondiale du Commerce) mais il n’en respecte pratiquement aucune comme beaucoup d’autres pays. Le collectif remarque que le PIB de la Chine est constitué qu’a 28% par la consommation intérieure contre 60 % pour l’Europe ce qui la rends extrêmement fragile. Le collectif propose au frontières de l’Europe des taxes si les conditions sociales et environnementales ne sont pas respectées c’est une forme  de protectionnisme mais qui protége également les travailleurs chinois.

10 : Investir dans une vraie politique de logement

Beaucoup de logements a construire ou a réhabiliter environ 500000 par an. les loyers sont souvent trop chers et nous devons nous inspirer des Pays Bas qui utilisent le fond de réserve des retraites pour construire des logements ce qui fait un placement plus sur que les marchés financiers ou la France a perdu des Milliards et des milliards avec la crise des subprime  en clair les 37 milliards d’euros pourraient servir a faire des logements. Le  Danemark a ainsi construit une habitat coopératif..  Les loyers en Allemagne sont en moyenne de 8,4  Euros au m2, contre 12,4 en France

11 : Déclarer la guerre au changement climatique :

Les travaux sont considérables pour diviser par 4 les émissions de gaz a effet de serre le plan doit être global,  pour prendre un exemple  la biomasse va prendre un rôle important mais les plantations devrons être considérables. L’isolation des bâtiments doit être de mise a chaque changement de propriétaire, dans ce cas l’Europe doit dégager les moyens nécessaires (prêts relais par exemple)  tous les logements et logements publics doivent être isolés ce qui va demander  beaucoup de main d’œuvre.

D’après Nicolas Stern au moins 1% du PIB doit être consacré aux économies d’énergie soit 20 milliards d’euros par an pour la France mais cela va diminuer le gaz carbonique et atténuer les accidents climatiques, plusieurs centaines de milliers d’emplois pourront être crées, de plus chaque ménage peut économiser 1000 euros par an. Le collectif propose le financement par la Banque Européenne d’Investissement avec de l’argent prêté à un peu plus de 0% par la banque Centrale Européenne.

Le collectif s’étonne du retard considérable de la France dans le secteur des énergies renouvelables, l’éolien bien sur mais également l’énergie photovoltaïque 925Megawatts contre 16000 MW pour l’Allemagne (l’équivalent de 10 centrales nucléaires). L’Allemagne a déjà créé 350000 emplois dans le secteur des énergies renouvelables.

12 : Développer l’économie sociale et solidaire

Pour le collectif cette économie doit être développée en particulier par une banque d’investissement et propose une clause sociale pour chaque marché public. Autrement dit faire travailler l’économie sociale et solidaire.

 

13 : Négocier un autre partage du temps de travail

Le collectif souligne la répartition extravagante du temps de travail entre ceux qui travaillent 0 heure par semaine puis ceux qui travaillent « plein pot » dans des emplois stressant et inintéressant plus de 38 heures par semaine puis ceux qui occupent des petits « boulots » la durée moyenne de ceux qui travaillent est d’un peu plus de trente heures en Allemagne (chômage partiel efficace) la France est 36 heures en 2005 , les USA 33,7.

Le calvaire de la productivité : Au niveau mondial la productivité a augmenté deux fois entre 1920 et 1960 et de cinq fois depuis en richesse produit par heure travaillée la France est très bien située 20% de mieux qu’en Angleterre et 32% de mieux qu’en Italie, la productivité égale a celle de l’Italie créeraient 5 millions d »emplois. La productivité et le productivisme sont les plus gros destructeurs d’emplois.

La question n’est plus de savoir pour ou contre la RTT mais quelle RTT.  La France produit 76% de plus avec 10% de travail en moins .La crise provient du fait du peu d’intelligence dans l’évolution du système social par rapport au système économique.

Le temps de travail doit passer a 32 heures par semaine, d’autre part la rémunération des « patrons » ne doit pas dépasser 20 fois le SMIC sinon l’entreprise n’aura aucun contrat Public.

 

 14 : Faire éclore la démocratie en Europe

 Le collectif propose un renforcement qui vote les lois. Elle propose une clarification ; a savoir qui fait quoi.

Parlement et gouvernement européen

Diplomatie, défense, sécurité intérieure.

Monnaie,  Recherche, Politique agricole.

Commerce, Développement durable

Parlement et gouvernement national

Education, Santé, culture, logement

Emploi, retraite

Parlement et gouvernement régional

Entretien des lycées et des routes

Développement économique, formation des adultes

 

15 : Le collectif  propose une Europe sociale et déplore le rôle négatif de Nicolas Sarkozy qui n’a écouté ni Angela Merkel  ni Jacques Delors qui voulaient entreprendre un volet social. Le collectif propose à l’échéance de dix ans.

-Un emploi pour tous

-Une société solidaire : Un taux de pauvreté de inférieur a 5%

- Un toit pour tous : Moins de 3% de mal logés.

- L’égalité pour tous : Un taux d’illettrisme inférieur a 3% a l’age de 10 ans

-  Une réelle solidarité avec le Sud

 

Nous pensons que les inégalités sont trop importantes car les 0,02 % les plus riches (au niveau mondial) possèdent 39000 milliards d’euros soit plus de 6 fois le PIB des USA  et 18 fois celui de la France. Ce qui est une explication au fait que la pauvreté augmente au fur et a mesure que les pays s’enrichissent Le PIB n’est qu’un  indicateur parmi d’autres, intéressant sans doute pour observer la richesse crée par heure travailler ou bien le % de salaire ou le % des salaires dans le PIB qui a baissé de 10 % en dix ans passant de 70% a 60% ce qui est inquiétant. Baser toute la politique sur la croissance et non sur les progrès sociaux est une erreur fondamentale.

Les politiques semblent totalement « largués » et utilisant principalement  leurs cerveaux reptiliens, le  « Travailler plus pour gagner plus »  avec les formidables gains de productivité en est la preuve.  Le changement viendra des peuples et les propositions du collectif Roosevelt  mérite d’être repris, il montre que la prospérité existe même sans croissance.

La décroissance semble inévitable car la terre est finie et le pétrole moteur de la croissance est en voie d’épuisement. Mais décroissance ne signifie pas effondrement de la société. Des pays beaucoup moins riches vivent mieux et plus heureux  (généralement les caraïbes) que la plupart des pays européens. La montée en puissance de l’écologie et des préoccupations sociales doit primer sur la croissance qui de toute façons n’existera plus, en France elle n’existe que par l’endettement des ménages  depuis au moins dix ans. La transition de la société vers plus de sobriété et plus d’autonomie est impérative. .

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×